Facebook : la publicité est bien partie pour rester

MarketingPublicité

Selon le Wall Street Journal, Facebook concèderait des privilèges aux annonceurs en revoyant sa politique de filtrage de contenus. Les membres en paieraient le prix fort, avec des encarts publicitaires impossibles à bloquer.

Peut-on désormais imaginer un réseau social sans publicité ? La question ne se pose plus à l’heure où Facebook envisage d’insérer dans le flux d’actualités de ses membres des encarts insensibles aux algorithmes de tri de contenus et donc impossibles à bloquer.

Le Wall Street Journal a été le premier à mettre les pieds dans le plat. Selon lui, le coup de sang des annonceurs a porté ses fruits. De la publicité obligatoire pourrait par conséquent faire son apparition sur l’interface Web du site communautaire.

Le concept serait déjà en cours d’examen par une brochette restreinte de testeurs. Il se baserait sur les commentaires et les clics sur le célèbre “J’aime” pour apparaître sur les pages jugées pertinentes.

Les 650 millions de membres du réseau se sont pourtant habitués depuis belle lurette à supprimer, en quelques clics ou à coup de règles de filtrage,  les bannières et autres bandeaux de réclame qui polluent leur mur et leur fil d’actualités.

Mais que faire lorsque les algorithmes se montrent inflexibles, imposant à l’usager une publicité ciblée selon son profil et indélogeable de la colonne droite ?

Pour contrer ce que beaucoup accueillent avec un dédain avéré, peut-être un petit malin mettra-t-il au point une application, une extension ou encore un script à insérer dans des modules comme AdBlock Plus.

En attendant, les annonceurs peuvent se frotter les mains. Leurs campagnes vont toucher un nombre croissant de particuliers, voire d’entreprises.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur