Fibre optique : 4 millions d’abonnés en 2012 en France

Cloud

En installant le Forum du très haut débit, François Loos veut instaurer une
dynamique de renouvellement du réseau téléphonique en réseau de fibres optiques.

François Loos, ministre délégué à l’Industrie, a annoncé l’ouverture du Forum du très haut débit en présence des principaux industriels du secteur le 27 novembre dernier. Ce forum, qui réunit opérateurs, équipementiers et collectivités locales, sans oublier l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), se veut un ” lieu d’échanges de bonnes pratiques, une force de proposition aux pouvoirs publics et un observatoire des déploiements des réseaux très haut débit”.

Si le déploiement du très haut débit n’est plus une source d’interrogation ? Free a annoncé un plan en ce sens, Neuf Cegetel présentera également sa stratégie en 2007 et France Télécom poursuivra ses expérimentations démarrées cette année, sans oublié les ambitions en ce sens des Hauts-de-Seine et de la région Île-de-France dans son ensemble ? son accompagnement, ou encadrement, par les pouvoirs publics restait à clarifier. Les 15 mesures que François Loos a présenté lundi dernier visent à “établir un cadre favorable à l’investissement des opérateurs dans les réseaux à très haut débit et soutenir le développement de nouveaux services”.

Le plan d’action du gouvernement se concentrera sur la réduction des coûts de déploiement des réseaux très haut débit et le soutien de l’action des collectivités territoriales en faveur du très haut débit, le renforcement de la R&D autour des usages (100 Mbits de bande passante, c’est génial, mais pourquoi faire?) et la création d’un lieu d’échange de bonnes pratiques sur le développement du très haut débit. L’objectif est d’atteindre les quatre millions d’abonnés raccordés sur fibre optique d’ici à 2012.

Conserver son avance

Le ministre attend du Forum qu’il complète ou corrige le plan d’action présenté. “Ces propositions sont la base d’un programme de travail pour créer une dynamique dans le déploiement du très haut débit et apporter des réponses à ceux qui veulent investir”, a-t-il déclaré.

Cette stratégie permettra à la France de conserver son avance sur ses voisins européens avec 11 millions d’abonnés haut débit. Le déploiement d’offres sur fibre optiques avec des débits de l’ordre de 50 à 100 mégabits permettra d’exploiter nombre de services interactif dont la télévision haute définition multi postes au sein d’un même foyer. Ou encore la vidéo à la demande et les jeux vidéo en réseau.

Un projet qui passe par le renouvellement complet du réseau qu’on ne pourra plus appeler “téléphonique” uniquement. Un projet onéreux. L’Idate estimait à plusieurs dizaines de milliards d’euro les coûts de déploiement rien que dans les zones urbaines. Cela s’explique notamment par les travaux de génie civile notamment pour enfouir les câbles sous terre (sauf à Paris, Lyon et Marseille qui possèdent un réseau d’égouts facilitant le déploiement). De plus, le câblage dans les immeuble pourrait se révéler problématique dans un premier temps, les syndics de copropriété ayant été échaudés par l’expérience du câble dont le déploiement a parfois été source de problèmes et ne voulant probablement pas que plusieurs opérateurs viennent trouer leurs mûrs à de multiples reprises.

Pour répondre à ces enjeux, le ministre préconise donc une approche non plus nationale mais locale afin de faciliter la mutualisation des fourreaux pour conduire la fibre. L’une des mesures phares du plan vise à inciter les opérateurs à proposer, dès la fin du 1er trimestre 2007, une offre de location des fourreaux de l’opérateur historique comme des opérateurs alternatif et des collectivités locales. Le pré-câblage des logements et bureaux neufs, autre mesure proposée, est également à l’ordre du jour.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur