Firefox 38 : la nouvelle version du navigateur supporte le DRM EME

Poste de travail
firefox-38

La Fondation Mozilla vient de libérer Firefox 38 qui prend en charge le DRM EME pour la gestion des droits numériques associés aux contenus. Une évolution contestée.

En novembre dernier, la Fondation Mozilla soufflait les 10 ans de son navigateur Internet Firefox.

Elle annonce maintenant sa toute nouvelle mouture avec Firefox 38 disponible dès à présent sur Windows, OS X et Linux, tandis que la version Android est en cours de déploiement sur le Google Play.

Firefox 38 se traduit par des changements importants. D’un point de vue cosmétique d’abord, avec les préférences qui sont désormais affichées dans un nouvel onglet, comme c’est le cas pour le navigateur Chrome de Google.

Signe particulier en matière de gestion des droits numériques associés aux contenus (digital right management) : cette nouvelle version de Firefox étrenne également le support du très controversé DRM EME (Encrypted Media Extensions) qui se trouve directement dans le code HTML5.

Un choix pris à contre-coeur explique la Fondation dans un billet de blog : « Nous ne croyons pas que le DRM soit une solution de marché souhaitable, mais c’est actuellement la seule manière de regarder un segment recherché de contenu. »

Mozilla a en effet fait le pari du HTML5 et se trouve donc aliéné aux solutions adoptées par certains acteurs IT du marché et à l’évolution de HTML.

Or, l’organisation de normalisation World Wide Web Consortium (W3C) dirigée par Tim Berners-Lee a poussé à l’introduction des DRM directement dans le HTML5 dès 2013.

Il s’agissait alors d’une proposition derrière laquelle se trouvaient des acteurs IT majeurs tels que Microsoft, Google ou encore Netflix, au grand dam d’organisations telles que l’EFF.

Il en résulte qu’à terme, le DRM EME devrait remplacer Silverlight comme moyen de protection des vidéos sur Internet. Ce DRM est d’ailleurs d’ores et déjà utilisé par Netflix dans son lecteur vidéo HTML5, tandis que les navigateurs Chrome et Safari le prennent en charge.

Concrètement, avec Firefox 38, la version par défaut du navigateur supporte l’API EME sur Windows (à partir de Vista) et télécharge automatiquement le CDM (Content Decryption Module) fourni par Adobe. Celui-ci est activé dès que l’utilisateur navigue sur un site qui l’exploite.

Mozilla précise qu’il se trouve toutefois bien à l’écart dans un bac à sable et qu’il est possible de le désinstaller à tout moment. De surcroît, il est possible de télécharger une mouture de Firefox 38 qui ne télécharge pas automatiquement le CDM.

Reste à voir comment la communauté de l’open source accueillera cette décision prise par la Fondation. Mozilla doit en effet composer avec le modèle dont il a fait sa carte de visite : l’open source.

Firefox 38 introduit aussi le support des annotations Ruby (annotations relatives à la prononciation, très utiles au Japon et en Chine notamment), ce qui signifie qu’il n’est plus nécessaire d’installer l’extension idoine.

Il gagne également une meilleure intégration de MSE (Media Source Extensions), une autre spécification du W3C, sur OS X afin de lire des vidéos en HTML5 sur YouTube.

Des correctifs et autres améliorations pour les développeurs sont également de la partie.

(Crédit photo : Natali Glado – Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur