Flappy Bird : le petit oiseau se cache pour mourir

Cloud
flappy-bird

Un développeur vietnamien stoppe l’exploitation d’un jeu sur mobile Flappy Bird qui a atteint un sommet en termes de popularité. Il aurait craqué devant le succès.

La longévité des volatiles sur smartphones varie considérablement : ainsi, Flappy Bird sera plus éphémère que les Angry Birds de Rovio. Dans la catégorie “casual gaming”, le jeu mobile Flappy Bird a rencontré un énorme succès depuis sa création en 2013. Le concept est banal au départ (le joueur doit aider le petit oiseau à se faufiler entre des tuyaux verts en tapotant sur l’écran de son smartphone) mais cela se complique progressivement au point de devenir un accroc du jeu.

On considère que le nombre de téléchargement de cette application gratuite varie entre 2 et 3 millions par jour à la fois sur l’AppStore d’Apple mais aussi Google Play. Nguyen Ha Dong, du nom du développeur vietnamien à l’origine de Flappy Bird, considère que ce jeu génère 50 000 dollars de revenus publicitaires au quotidien.

Mais il semblerait que Nguyen Ha Dong ait craqué. Le jeu a été retiré des deux principales places de marché d’applications. “Flappy Bird est mon succès mais il a aussi ruiné ma vie simple. Alors je le déteste maintenant”, explique le créateur via Twitter (@dongatory). “Je suis désolé, utilisateurs de Flappy Bird, dans 22 heures, je vais retirer Flappy Bird. Je ne peux plus supporter ça.”

Petit précaution toujours apportée par Twitter : “Je ne vends pas Flappy Bird.” µDifficile d’expliquer ce burning-out de Nguyen Ha Dong. On a évoqué des soucis judiciaires avec Nintendo liés à l’exploitation du jeu mobile. Mais le développeur du Vietnam a balayé cet argument. “Ce n’est pas du tout lié aux questions juridiques. Je ne peux simplement plus le garder”.

En tout cas, ce succès risque de susciter quelques convoitises voire de pousser à l’émergence de clones pour reprendre le concept du jeu devenu populaire.

flappy-bird
Flappy Bird, tu vas manquer à beaucoup de joueurs sur smartphones

Quiz : Connaissez-vous les sous-traitants des géants high-tech ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur