Focus : Wat devra confirmer son rôle de hub vidéo de référence chez TF1

Mobilité

La plate-forme vidéos de TF1 veut exister face à YouTube et Dailymotion. Sa maison-mère adopte la solution d’identification des contenus vidéo de l’Ina.

Signature, la solution d’identification de contenus vidéo de l’Institut national de l’audiviosuel (Ina), a conquis un nouveau client grand compte : les sites Web du groupe TF1, dont sa plate-forme de partage de vidéos Wat.

Après Dailymotion et le groupe Canal Plus, c’est la troisième grande référence pour la solution d’empreinte numérique des fichiers (finger printing) de l’Ina. Elle est destinée à lutter contre le piratage, sécuriser la diffusion des contenus sur le Web et favoriser l’éclosion de modèles premium dans un environnement numérique plus fiable.

La protection des oeuvres audiovisuelles et du cinéma est au centre des préoccupations de Wat, assure Stéphane Beillaud, directeur marketing de Wat. “D’ailleurs, nous n’avons pas reçu d’assignation à ce jour”, avait-il précisé à Vnunet.fr lors d’un point téléphonique effectué fin octobre. On ne peut pas en dire autant pour ses concurrents Dailymotion et YouTube. Plus croustillant,  le groupe TF1 a lui-même intenté des actions en justice contre eux pour diffusion illégale de vidéos sous copyright.

Troisième site de partage vidéos en France

Depuis la création de Wat (pour “We are Talented”) en juillet 2006, ses dirigeants s’étaient montrés plutôt humbles. Mais les derniers résultats en termes d’audience sont plutôt réconfortants : Wat affiche 5 millions de visiteurs uniques par mois (source Médiamétrie//NetRatings, août 2008) et 1,5 million de vidéos consultées par jour.

La plate-forme, toujours exploitée en mode “bêta”, occuperait la troisième place du podium des sites de partage de vidéos. Honorable même si le gap d’audience demeure important face à des mastodontes comme YouTube (10 millions de visiteurs uniques) ou Dailymotion (7,6 millions). “Nous avons un objectif de rentabilité, pas de valorisation à tous crins et à tous prix”, assure Stéphane Beillaud en visant clairement ses concurrents.

De plus, Wat peut bénéficier de la puissance de sa “chaîne-mère”. Car Wat dispose de sa propre émission hebdomadaire diffusée dans la nuit de vendredi à samedi. Malgé ce créneau nocturne, l’émission Wat attirerait en moyenne 400 000 téléspectateurs.

Toujours cela de pris. L’idée d’obtenir un jour une place en “prime-time” est tentante : pourquoi pas une séquence de cinq minutes chaque jour avant ou après le journal télévisé de 20h00 pour optimiser l’exposition média…Mais les responsables de Wat assurent qu’il n’y a rien de prévu dans ce sens en l’état actuel.

(lire la fin de l’article page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur