Football Vine : la LFP prêt à infliger un carton rouge à Twitter

Régulations
football-vine-lfp-pret-attaquer-twitter

En raison des droits TV, la Ligue de Football Pro n’aime pas pas les courts extraits vidéo de L1 disponibles via Vine. Elle pourrait attaquer la maison-mère Twitter.

La LFP n’apprécie pas l’usage de Vine en lien avec la L1 et le fait savoir à Twitter. Pourquoi ? Ces mini-vidéos amateurs réalisées depuis un smartphone sont considérées comme du parasitisme. Allez sortons le gros mot : du piratage.

On peut réaliser de courts extraits vidéo depuis une tribune en assistant à un match de Ligue ou depuis son canapé en chopant un extrait télé de la rencontre (une pratique présumée plus tendancieuse). On pourrait observer un comportement similaire avec les utilisateurs d’Instagram (propriété de Facebook).

La Ligue de Football Professionnel siffle la fin de la récréation. Elle détient les droits de diffusion des matches de la L1 qu’elle a attribués à Canal Plus et beIN Sports. Rappelons les montants record en jeu pour la Ligue 1 et la Ligue 2 : 748,5 millions d’euros par saison (période 2016-2020).

Donc, la pratique du “football Vine” se retrouve dans le collimateur de l’instance qui régit la vie du foot pro en France.

Selon LeFigaro.fr, la LFP a adressé à Twitter trois mises en demeure formelles. Mais le réseau social n’aurait pas bronché. “Si Twitter refuse de prendre en compte la question des ayants droit, nous serons contraints d’agir devant les tribunaux”, prévient Jérôme Perlemuter, responsable des affaires juridiques à la LFP. Celui-ci fait déjà la chasse aux sites Web qui exploitent des vidéos de L1 de manière détournée.

Pour le cas spécifique de Twitter, le site média estime que le montant du préjudice pourrait s’élever à 10 millions d’euros.

Mais le litige judiciaire poserait aussi un souci d’interprétation juridique. Début octobre, la CSA a adopté une délibération “relative aux conditions de diffusion de brefs extraits de compétitions sportives et d’événements autres que sportifs d’un grand intérêt pour le public”. Mais le profil de Vine n’entre pas dans les catégories d’exploitation vidéo envisagée en fonction des médias.

Selon Satellifax, l’organisme de régulation audiovisuelle devra déterminer si le réseau social Vine est un service de médias audiovisuels à la demande (SMAD) avant de prendre position sur les courts extraits sportifs.

—–
Quiz : Connaissez-vous vraiment les banques d’images sur Internet ?
—–

Crédit photo : Shutterstock.com –  Droit d’auteur : Sergey Peterman


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur