France : IBM enclenche un plan de délocalisation

Régulations

IBM aurait pour projet de mettre sur pied un plan de délocalisation de 70 ingénieurs informaticiens rattachés aux sites de La Gaude et de Sophia-Antipolis vers la Pologne et la République Tchèque. Les syndicats protestent.

IBM envisage de délocaliser son département Service Delivery (SD) vers l’Europe de l’Est « pour raison stratégique de réduction de couts », a appris l’AFP ce 6 août de source syndicale.

Rattachés aux sites de La Gaude et Sophia-Antipolis(Alpes-Maritimes), 70 ingénieurs informaticiens chargés du support technique à distance de grandes entreprises clientes du groupe informatique sont concernés.

La multinationale emploie quelque 600 salariés à La Gaude et 85 à Sophia-Antipolis, auxquels viennent s’ajouter 150 prestataires de services rémunérés par des sous-traitants. Près de la moitié d’entre eux serait donc appelée à travailler en République tchèque et en Pologne. L’annonce aurait été faite lors d’un comité d’entreprise, le 31 juillet.

La sous-traitance malmenée

La direction d’IBM n’a pas communiqué sur le sujet. En revanche, les syndicats CGT et CFDT ont appelé à un rassemblement devant le site d’IBM La Gaude jeudi 9 août à 10 heures, et déclaré que « dans la région, les SSII devront trouver de nouvelles missions pour nos collègues sous-traitants, au risque de devoir en licencier certains », note Silicon.fr.

Ils dénoncent notamment la recherche de réduction des coûts alors que l’entreprise est largement bénéficiaire (11 milliards de bénéfices en 2011) et que les sites touchés bénéficient du crédit impôt recherche.

En 2011, IBM avait évoqué la possibilité de transférer les employés de La Gaude vers Sophia-Antipolis, avant d’envisager l’inverse. Un mouvement de grève avait suivi, l’intersyndicale d’IBM s’étant alors vivement opposée à ce qu’elle estimait être un « projet de dégraissage sournois ».

 

 

Crédit image : Copyright Minerva Studio-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur