France Télécom anticipe le dégroupage

Mobilité
Information - news

Suite à la décision de France Télécom de lancer deux forfaits téléphoniques pour le 6 novembre, l’ART vient de rendre un avis plutôt défavorable. Le gouvernement, quant à lui, doit encore se prononcer. Mais à la veille du dégroupage, ces deux forfaits suscitent déjà une levée de boucliers du côté des concurrents de l’opérateur historique.

En lançant ses deux forfaits lundi, France Télécom, qui combine ainsi pour la première fois l’abonnement, les appels locaux et les appels longues distances, entend clairement prendre pied sur un marché encore vide de toute concurrence. L’Autorité de régulation des télécoms (ART) a par ailleurs demandé mercredi à France Télécom de revoir son offre de forfaits de téléphonie fixe “tout compris”, qu’elle a jugée en partie contraire aux règles de la concurrence. Le forfait “Ligne France” proposé par l’opérateur, en raison du couplage entre communications locales – “marché sur lequel France Télécom est aujourd’hui encore en monopole de fait” – et communications nationales, serait “de nature à détourner irrégulièrement la clientèle potentielle” des opérateurs longues distances qui ne peuvent pour le moment faire des offres équivalentes.

L’ART a toutefois rendu un avis favorable sur le forfait “Ligne locale” tout en le conditionnant à la suppression “de toute durée minimale de souscription”. A deux mois du dégroupage (voir édition du 13 septembre 2000), France Télécom comptait s’assurer pendant un an des abonnements pris en l’absence de toute concurrence réelle et ouverte. Pour 9 Telecom, France Télécom “a une nouvelle fois profité de sa position d’opérateur dominant en préparant, avant même la mise en place opérationnelle du dégroupage sur le plan national, des services que les autres opérateurs ne sont pas encore en droit de proposer.” En réponse à cela, France Télécom estime que ces forfaits devraient apporter une réduction de 20 % en moyenne sur la facture.

Le gouvernement devrait se prononcer théoriquement dans une semaine sur la validité de ces forfaits. Il peut très bien ne pas suivre l’avis consultatif de L’ART, mais il s’exposerait alors aux menaces d’opérateurs, tel9 Telecom qui s’est dit prêt à porter l’affaire devant le Conseil de la Concurrence.

Reste que la bataille autour des forfaits téléphoniques tout compris est belle et bien lancée et le dégroupage devrait contribuer au développement de telles offres.

Pour en savoir plus :

* L’offre de France Télécom

* ART


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur