France Télécom monte sur la deuxième marche du podium des opérateurs ADSL

Mobilité

Selon un classement réalisé par le cabinet d’études Dataxis, l’opérateur historique français se place juste derrière China Telecom.

Différentes études montrent que la France se montre volontariste pour développer l’usage de l’ADSL. Le dernier pointage du DSL Forum fait état d’une remarquable progression du nombre d’abonnés français ayant adopté une technologie xDSL (voir édition du 19 décembre). C’est au tour de Dataxis de montrer que France Télécom a fourni un effort remarquable pour se hisser à la deuxième place du podium des opérateurs ADSL du monde.

Avec 6,4 millions d’abonnés ADSL à la fin du premier semestre 2005, le cabinet d’études considère l’ancien opérateur historique comme le principal challenger de China Telecom.

Mais le fossé entre les deux acteurs télécoms est grand puisque l’opérateur chinois affiche deux fois plus de clients connnectés à cette technologie haut débit. Derrière figurent des opérateurs comme l’américain SBC ou le coréen Korea Telecom.

En moins de trois ans, France Télécom est passé de la neuvième à la deuxième place du classement établi par Dataxis. L’opérateur rappelle les investissements consentis pour optimiser son réseau dans la période 2005-2007 : 3 milliards d’euros, dont un tiers de cette somme consacré aux réseaux haut débit dans l’Hexagone. D’ici fin 2006, France Télécom compte atteindre un taux de couverture en haut débit de 98% de la population française.

Le travail en coulisse de l’ART pour faire décoller l’ADSL en France

Cette “dynamique ADSL” de France Télécom est tempérée par l’Afors Télécom. “Chacun sait que le décollage de l’ADSL en France est dû aux décisions du régulateur [l’ART en l’occurrence, NLDR] à partir de 2002, qui ont stimulé l’investissement de France Télécom et libéré l’investissement des concurrents, jusque-là bloqués par des conditions de concurrence inéquitables”, affirme le club des opérateurs alternatifs sur son site Internet.

L’Afors Télécom a récemment mis à jour son tableau de bord des investissements des opérateurs de communications électroniques en France, incluant les chiffres du premier semestre 2005.

Les acteurs télécoms alternatifs affirment que leur effort d’investissement dans leurs réseaux respectifs par rapport à leurs chiffres d’affaires reste trois fois supérieur à celui de l’opérateur historique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur