France Telecom – Orange caresse des ambitions de “Conquêtes 2015”

Cloud

Stéphane Richard, DG du groupe France Telecom – Orange, a présenté la stratégie 2010 – 2015 de l’opérateur. Exercice à 360° entre réseaux (fibre, LTE), relation client, développement international et le volet “contrat social”.

Après Guillaume, voici Stéphane le Conquérant. France Telecom Orange lève le voile sur son plan de stratégie groupe “Conquêtes 2015”.

Un programme quinquennal qui se veut ambitieux selon son directeur général Stéphane Richard : “définir les enjeux et perspectives”, “clarifier les métiers”, et “retrouver un esprit de conquête et la fierté d’appartenance” à Orange sur fond de malaise sociale accentué par une vague de suicides. Une enquête est ouverte sur le sujet.

Quatre axes ont été dessinés : “réseaux”, “client” (avec une forte connotation “services” et “relations clients”), “international” et “engagement des salariés”.

Très haut débit fixe (fibre optique) et mobile, extension du haut débit…Les nouveaux défis chez France Telecom ne manquent pas dans un cadre concurrentiel de plus en plus vif, une règlementation ARCEP parfois jugée contraignante et une taxation forcément traînée comme un boulet.

D’ici 2015, Orange compte investir 2 milliards d’euros dans le déploiement de la fibre optique en France.

A cette échéance, l’opérateur estime qu’il sera en mesure de couvrir 40% des foyers et qu’il pourra investir tous les départements d’ici 2015 (y compris trois départements d’outre-mer).

Sur le front du très haut débit mobile, Orange ne veut pas non plus rater le coche de la norme LTE lorsque l’ARCEP donnera le feu vert. Les expérimentations dans ce sens se poursuivent et les attributions pourraient survenir dans le courant de l’été 2011.

Dans la vision “Conquête 2015”, le développement international prendra du poids. Sur les marchés investis ou visés par Orange, l’opérateur compte gagner 100 millions de nouveaux clients d’ici 5 ans (et passer ainsi de 200 millions de clients aujourd’hui à 300 millions).

L’opérateur compte faire fructifier les positions prises sur les marchés mâtures en Europe (Royaume-Uni, Espagne, Pologne…). C’est surtout la croissance télécoms des pays émergents qui sera scrutée.

Et particulièrement sur des zones comme le Moyen-Orient ou le continent africain. France Telecom a déjà pris des positions dans des pays comme l’Egypte, la Tunisie, la Guinée et la Côte d’Ivoire.

Social : dossier lourd

Stéphane Richard et sa nouvelle équipe au top management l’ont promis. Un “contrat social” sera au coeur du nouveau projet France Telecom.

Dans la période 2010 – 2015, une enveloppe de 900 millions d’euros sera consacrée à ce volet (“hors économies attendues sur le programme “temps partiel seniors” et départs naturels”, tient à préciser l’opérateur).

Cela suffira-t-il à redonner du baume au coeur aux cadres et à l’ensemble des collaborateurs en France qui ont témoigné à travers l’enquête Technologia (cabinet spécialisé dans les risques psycho-sociaux) d’un niveau élevé de stress dû à des pressions de management ?

Avec la présentation de ce plan, tous les doutes ne seront pas levés tant la blessure est profonde.

Pour rajeunir les équipes, France Telecom prévoit de recruter 10 000 salariés en France sur la période 2010-2012.

Selon LeMonde.fr, l’entreprise compte 181 000 salariés, dont 100 000 en France, dont la moyenne d’âge est de 47 ans.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur