Free élimine l’abonnement téléphonique pour les clients ADSL en zones non dégroupées

Cloud

Alors que Neuf Cegetel facture un peu cette prestation, le service d’accès du
groupe Iliad parvient à s’en dégager complètement.

C’est la grande tendance de la rentrée : comment proposer des offres sans abonnement téléphonique aux clients situés dans les zones non dégroupées ? Dans le courant de l’été, les fournisseurs d’accès Internet alternatifs ont finalement accepté les conditions tarifaires de France Télécom en matière de revente de l’abonnement téléphonique. Une offre de gros permettant aux opérateurs alternatifs de prendre le coût de l’abonnement téléphonique à leur charge en allégeant la facture des clients finaux.

La semaine dernière, Neuf Cegetel a dégainé en premier en proposant une offre haut débit dual play (Internet haut débit + téléphonie) dépourvue d’abonnement téléphonique traditionnel dans les zones non dégroupés (voir édition du 18 août 2006). Certes, ses clients n’auront plus à payer les 15 euros par mois pour régler l’abonnement téléphonique France Télécom. Mais s’en affranchir n’est pas totalement indolore : outre le coût classique des forfaits Neuf Cegetel (14,90 euros TTC par mois pour la formule “MaxiDSL” ou 29,90 euros TTC par mois pour la formule “100% Neuf Box”), le client en zone non dégroupée devra verser quand même un supplément de 5 euros TTC par mois.

Free vient de contre-attaquer sur ce terrain et propose de s’affranchir complètement de l’abonnement téléphonique. Désormais, le service d’accès Internet du groupe Iliad propose aux clients situés en zones non dégroupés le forfait Freebox en conservant son prix initial (29,99 euros TTC). “C’est un prix transparent qui n’a jamais augmenté depuis son lancement en 2002”, indique Free dans son communiqué de presse.

Pour les utilisateurs déjà abonnés à Free, il suffit de se rendre sur leur console d’abonnés accessible via le portail Free pour demander l’affranchissement à l’abonnement téléphonique. Néanmois, il existe un point commun entre les deux opérateurs : Free, tout comme Neuf Cegetel, ne peut proposer la télévision par ADSL dans les zones non dégroupées.

Des marges “minimes” en zones non dégroupées

Comment Free parvient-il à proposer l’abolition complète de l’abonnement téléphonique alors que Neuf Cegetel doit encore demander une petite contribution à ses clients ? Du côté de Free, on avoue que cet effort tarifaire compresse très fortement les marges générées sur les offres déployées dans les zones non dégroupées. Si le service d’accès évoque des “marges minimes”, il assure n’avoir pas dépassé la zone rouge de la vente à perte. “Produire aujourd’hui ce type d’abonné ne nous coûte pas plus cher qu’en octobre 2002 (…) un ‘bon’ abonné non dégroupé est un abonné que l’on va vite dégrouper”, commente un porte-parole du groupe ISP.

A la fin du premier semestre 2006, Iliad/Free a annoncé que sur ses 1,9 million de clients haut débit, 72% d’entre eux étaient dégroupés (partiellement ou totalement). Un rapide calcul montre qu’il reste encore 600 000 clients haut débit en zones non dégroupées susceptibles d’être intéressés par l’offre Free sans abonnement téléphonique.

Du côté de Neuf Cegetel, cette différence tarifaire surprend mais ne choque pas. “Ce sont des questions de choix marketing et de modèle économique” , commente un porte-parole du groupe télécoms qui regroupe les marques Neuf et Cegetel. A la fin du premier trimestre 2006, l’opérateur recensait 1,3 million de clients ADSL et affichait un taux de dégroupage “situé entre 75 et 80 %”. Les résultats du premier semestre 2006 de Neuf Cegetel seront dévoilés dans le courant du mois de septembre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur