Free Mobile dans le collimateur de la DGCCRF

Régulations
free-mobile-perquisition-dgccrf

Les agents de la répression des fraudes auraient saisi des documents relatifs à l’itinérance en lien avec l’exploitation de Free Mobile.

Pourquoi la DGCCRF enquête sur Free Mobile ?

La semaine dernière, des enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ont mené une perquisition au siège social parisien d’Iliad, maison-mère de Free et de Free Mobile.

Selon UniversFreebox, les agents ont saisi des documents ayant trait à l’itinérance mobile (roaming).

On peut émettre plusieurs hypothèses sur les raisons de cette opération coup de poing.

La DGCCRF a peut-être cherché à en savoir plus sur le contrat d’itinérance 2G et 3G qui lie Free Mobile à Orange.

Elle pourrait aussi se poser des questions sur des présumées ventes à perte de forfaits à bas prix (comme l’offre à deux euros de Free Mobile pour 2 heures d’appels et SMS illimités).

Ou bien est-ce la qualité de service sur le volet 3G jugée défaillante par UFC-Que Choisir ? L’association de défense de consommateurs avait porté plainte contre le groupe de Xavier Niel pour “pratiques commerciales trompeuses”, rappelle Les Echos.

De son côté, le groupe Iliad-Free n’émet pas de commentaires sur le sujet de la perquisition.

En fait, cette action de la DGCCRF pourrait aussi être téléguidée par n’importe quel concurrent dans les télécoms sonné par le “tsunami Free Mobile” (selon l’expression de Stéphane Richard, P-DG d’Orange), qui a dépassé la barre des 6 millions d’abonnés au premier trimestre 2013.

Tout cela en 18 mois d’exploitation commerciale.

De quoi alimenter quelques rancoeurs dans le secteur de la téléphonie mobile…

——————-

Quiz : Connaissez-vous vraiment Free ?

————-

Credit photo archives : lancement commercial de Free Mobile (janvier 2012)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur