Free Mobile met le paquet sur la 4G

OpérateursRéseauxTrès haut débit
deploiements-4g-anfr-2015

Free s’est montré particulièrement dynamique dans l’extension de son réseau 4G en janvier. Tous opérateurs confondus, le rythme de déploiement ralentit.

Quel opérateur s’est montré le plus dynamique dans l’extension de son réseau mobile en janvier ? Sur quelle(s) bande(s) de fréquences se portent les stratégies des uns et des autres ? La dernière réactualisation – document PDF, 18 pages – du baromètre mensuel réalisé par l’ANFR (Agence nationale des fréquences) fournit quelques indicateurs.

Au 1er février 2015, tous opérateurs confondus, 18 876 supports pour la téléphonie très haut débit (4G) bénéficient d’une autorisation d’exploitation délivrée par l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). C’est 0,9 % de plus qu’au 1er janvier, un “support” pouvant regrouper plusieurs antennes-relais.

L’essentiel de ces sites (12 344) fonctionnent sur la bande de fréquences à 2600 MHz (+ 1,3 % en un mois). Mais la progression est plus importante à 800 MHz : 9998 stations agréées, contre 9842 en début d’année (+ 1,6 %).

Le nombre de déploiements est plus limité à 1800 MHz, avec 6911 sites autorisés, dont 6834 pour Bouygues Telecom, seul opérateur en Métropole à bénéficier d’un accord de refarming (réutilisation de fréquences historiquement allouées à la 2G) négocié avec l’ARCEP.

A noter toutefois que la filiale du groupe BTP n’est plus seule sur ce terrain depuis que l’ANFR intègre l’outre-mer dans ses statistiques : OPT Nouvelle-Calédonie (établissement public à caractère industriel et commercial appartenant à la Nouvelle-Calédonie) compte 77 sites 4G autorisés.

Free dynamique

Au global, plus de 80 % des sites 4G autorisés sont en service. Ce taux dépasse les 90 % pour la 3G (37 396 sur 40 004) et pour la 2G (38 860 sur 40 461), Orange étant, dans ces deux derniers cas, en avance sur Numericable-SFR, Bouygues Telecom… et Iliad-Free.

Le groupe de Xavier Niel n’exploite pas de réseau 2G (il s’appuie sur celui d’Orange), mais s’est distingué au mois de janvier sur les déploiements 4G : 327 antennes allumées et 127 autorisations d’exploitation obtenues. Faute d’un accord de refarming à 1800 MHz et d’une licence à 800 MHz, l’opérateur se concentre sur le 2600 MHz. Il dispose désormais de 2426 sites très haut débit opérationnels, pour 4277 agréés.

Le réseau d’Orange reste plus développé, avec 6996 sites 4G opérationnels sur 7759 possibles. Le 2600 MHz domine (5041 antennes-relais exploitées sur 5714 possibles), mais le nombre de mises en service est plus important à 800 MHz (126 stations allumées en un mois).

Même constat chez Numericable-SFR et Bouygues Telecom. Le premier a allumé 125 antennes-relais à 800 MHz, contre seulement 2 à 2600 MHz, pour un total de 2962 sites 4G fonctionnels sur un potentiel de 4023. Le second a également allumé 125 antennes à 800 MHz… et 5 à 2600 MHz. Il faut toutefois y ajouter 41 antennes à 1800 MHz.

anfr-antennes-4g-fevrier-2015
Free Mobile a appuyé sur le champignon en janvier.

 

Crédit photo : pittaya – Shutterstock.com

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur