French Tech Accélération : Bpifrance accompagne l’initiative Hardware Club

EntrepriseLevées de fondsStart-up
bpifrance-hardware-club

Bpifrance investit dans le premier fonds institutionnel de Hardware Club, doté de 25 millions d’euros pour financer les start-up hardware.

Un ticket de plus pour French Tech Accélération.

Issu du Programme des Investissements d’Avenir, le fonds géré par Bpifrance a vocation à soutenir les structures dédiées à l’accompagnement des entreprises innovantes.

Après avoir financé, entre autres, Axeleo, Usine IO et Breega Capital, il participe, aux côtés du Crédit Mutuel Arkéa, au closing du premier fonds institutionnel de Hardware Club.

La société de gestion Elephant & Venture SAS, qui porte l’initiative, ne la présente ni comme un incubateur, ni comme un accélérateur, mais comme « une communauté de start-up hardware »*.

L’aventure avait démarré en janvier 2015 à Paris, sous l’impulsion d’Alexis Houssou et de Barbara Belvisi, tous deux diplômés de l’EM Lyon. Le premier, ancien de BNP Paribas, préside aujourd’hui Hardware Club. Son associée, passée notamment par A Plus Finance, est directrice générale.

Dans l’équipe, on trouve aussi Jerry Yang. Le cofondateur de Yahoo supervise l’activité en Asie, où Hardware Club dispose d’une implantation à Tokyo (une antenne ayant également été ouverte à San Francisco).

Tendance crowdfunding

Une dizaine de start-up ont déjà bénéficié d’un financement. Plusieurs d’entre elles se sont fait connaître sur les plates-formes de crowdfunding.

C’est le cas de Prynt. La société fondée en 2014 à Paris – et aujourd’hui installée dans la Silicon Valley – avait levé, en 2015, plus d’un million et demi de dollars sur Kickstarter pour son produit qui transforme les smartphones en appareils photo instantanés.

Du côté de Lima, fondé en 2011 et basé à Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine), on avait réuni 1,2 million de dollars en 2013, également sur Kickstarter, pour développer un service de cloud personnel. Cette année-là naissait, à Londres, l’entreprise Blocks, qui allait boucler, deux ans plus tard, une campagne à 1,6 million de dollars pour sa smartwatch modulaire, toujours pour sur Kickstarter.

Hardware Club a aussi, dans son portefeuille, une jeune pousse passée par la case Indiegogo : Flic (fondé en 2015 à Stockholm), qui a levé près d’un million de dollars pour ses « boutons connectés ».

Doté de 25 millions d’euros, le véhicule Hardware Club Fund I investira de la phase d’amorçage au premier tour institutionnel, avec des tickets de 150 000 à 1,5 million d’euros.

Le modèle a ses particularités : les start-up devront d’abord être sélectionnées par la communauté (qui comprend « plus de 600 entrepreneurs »), puis « faire leurs preuves ».

* Hardware Club revendique 260 sociétés membres sélectionnées parmi plus de 3 500 candidatures. Il s’est entouré d’un réseau d’industriels (Pegatron, Compal, Inventec, Foxconn…) et de distributeurs (Harrods, Target, Fnac, Amazon Launchpad…).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur