Gartner: l’IA en saura plus sur le moral d’un individu que sa propre famille

CloudData-stockageMarketingMobilitéRéseauxSécurité
intelligence-artificielle-gartner

Selon le cabinet d’études Gartner, l’IA jouera un rôle névralgique dans l’usage quotidien de nos appareils électroniques. Enthousiasmant ou inquiétant ?

L’intelligence artificielle est amenée à jouer un rôle de plus en plus important dans notre vie, via les appareils électroniques utilisés au quotidien.

C’est ce qu’il ressort de l’étude « Predicts 2018 : Personal Devices » de Gartner.

Au-delà d’une interaction entre l’homme et l’IA qui va aller crescendo, le cabinet d’études prédit que, d’ici 2022, les avancées technologiques seront telles que «les appareils personnels en sauront plus sur l’état émotionnel d’un individu que sa propre famille».

De quoi donner le tournis aux utilisateurs voire de les inquiéter. Même si cette intégration de l’IA dans nos appareils utilisés chaque jour est forcément présentée par les groupes constructeurs comme une plus-value.

En témoigne l’essor incroyable des enceintes connectées adossées à des assistants personnels à commandes vocales.

Lorsqu’Amazon Echo (basé sur la technologie d’assistance Alexa) a été lancé fin 2014, on pouvait parler de marché de niche. Le business n’est plus du tout confidentiel. 

Dans le sillage d’Amazon qui a décliné la gamme Echo, Google est arrivé sur le marché avec ses propres déclinaisons (Home, Home Mini et Home Max). Apple arrivera avec le HomePod courant 2018. Il faudra aussi compter sur Microsoft et Cortana, son assistant vocal intégré nativement dans Windows 10.

Gartner parle d’une première vague matérialisée par « la prolifération des assistants personnels virtuels (APV) et d’autres technologies fondées sur l’intelligence artificielle pour les systèmes conversationnels ».

La deuxième vague va pousser encore l’expérience IA. Les retombées concerneront des domaines aussi variés que les logiciels éducatifs, des jeux vidéo, des logiciels de diagnostic, des performances athlétiques et sanitaires et la voiture autonome.

«Des prototypes et des produits commerciaux existent déjà et l’ajout d’un contexte émotionnel en analysant les points de données des expressions faciales, l’intonation de la voix et les modèles comportementaux améliorera considérablement l’expérience de l’utilisateur», a déclaré Roberta Cozza.

Au-delà des smartphones et des appareils connectés, les ‘wearables’ et véhicules connectés collectent, analysent et traitent les données émotionnelles des utilisateurs via une vision par ordinateur, audio ou des capteurs capturant des données comportementales pour s’adapter ou répondre aux désirs et aux besoins des utilisateurs. »

D’ici 2020, 60 % des fournisseurs de dispositifs de technologie personnelle utiliseront des services cloud exploitant des briques d’intelligence artificielle elles-même fournis par des éditeurs tiers.

Les plateformes cloud phares (Google, Microsoft, Amazon, Tencent, Baidu ou encore IBM) vont faciliter la création d’expériences poussées sur une myriade d’appareils connectés.

Sécurité et IA : vers un monde plus sûr ?

Autre retombée de taille : les technologies de sécurité informatique qui exploitent actuellement des mots de passe pour l’identification.

D’ici 2022, le machine learning (branche de l’IA) sera combinée à la biométrie et l’analyse du comportement des utilisateurs pour réduire l’usage des mots de passe qui représenteront alors moins de 10 % de toutes les authentification numériques.

C’est une véritable changement de paradigme que Gartner annonce mais va-t-il se concrétiser ?

Les utilisateurs ont besoin d’options plus pratiques et plus précises pour déverrouiller leurs appareils“, déclare CK Lu, Directeur de recherche chez Gartner.

Les technologies de sécurité qui combinent l’apprentissage automatique, la biométrie et le comportement des utilisateurs deviendront nécessaires pour améliorer la facilité d’utilisation, le libre-service et les authentifications sans faille.”

CK Lu poursuit : “Dans les cinq prochaines années, les progrès technologiques dans la sécurité IT reconnaitront les utilisateurs, permettront de se prémunir de la fraude et détecteront les menaces automatiques comme les malware, les assauts par cheval de Troie et les bots pernicieux.”

Photo credit: Ars Electronica on Visual hunt / CC BY-NC-ND


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur