Gateway et AOL lancent des terminaux Internet

Cloud

AOL va lancer trois terminaux fabriqués par Gateway pour se connecter sans fil ou même sans PC à Internet. Tournant sous Linux et munis du navigateur Netscape, ils sont un nouveau camouflet adressé à Microsoft.

Lors d’une conférence retransmise sur le Web, le patron d’AOL, Steve Case, a dévoilé les plans de sa société pour équiper les foyers qui n’ont pas encore cédé aux sirènes du traditionnel PC. Tout en misant sur la renaissance de Netscape, le géant a annoncé le lancement, à partir de cette année sur le continent américain, de trois appareils Internet construits par Gateway. Leur prix sera inférieur à 500 dollars, soit environ 3 000 francs.

Le premier est une tablette dotée d’un écran plat tactile censé s’accrocher un peut partout dans la maison, sur la porte du réfrigérateur dans la cuisine comme sur le mur du salon. Accompagné d’un système de pointage et d’un clavier sans fil, il fournira, en plus de l’accès à la Toile, des services ciblés pour discuter en ligne, gérer son emploi du temps ou sa liste de recettes gastronomiques, etc. AOL prépare aussi avec Gateway un terminal de poche, lui aussi à écran tactile et doté d’une connexion Internet sans fil. Pour fonctionner, cet “organiseur” aura recours à une borne branchée à proximité sur le réseau de la maison (câble, prise téléphonique). Son rayon d’action pour surfer sur la Toile devrait être limité à quelques dizaines de mètres, en fonction de la portée du signal. Là encore, un clavier sans fil sera disponible, mais peu de détails techniques sont disponibles.

Plus traditionnel, le troisième appareil est un PC Internet muni d’un écran cathodique et sans disque dur. Cet ordinateur simplifié dédié au Web sera commercialisé d’ici à la fin de l’année, comme la tablette, alors que l’appareil de poche n’est pas attendu avant 2001.

Les trois modèles, dont l’arrivée sur le continent européen n’est pas garantie, feront appel au navigateur Netscape 6 ou du moins son moteur d’affichage Gecko (voir édition du 22 mars 2000). Point majeur, le système tournera sous Linux, ce qui fait songer au projet WebPad de Diamond Multimedia. Alors que l’industriel a choisi le processeur Crusoe de Transmeta (voir édition du 20 janvier 2000), Gateway ne précise pas encore quelle puce intègrera ses terminaux.

Quoi qu’il en soit, l’annonce de Steve Case est un nouveau camouflet pour Microsoft, qui constate la désaffection de deux produits phares, Internet Explorer et le système allégé Windows CE. AOL et Gateway avaient déjà sonné une première semonce à l’automne 1999 lors de l’annonce d’un investissement de 800 millions de dollars dans le capital du constructeur. A l’époque, AOL et Gateway évoquaient déjà Linux pour désigner le système d’exploitation de leurs futurs projets (voir édition du 22 octobre 2000). Même Intel prépare son Minitel Internet en se ralliant au logiciel libre (voir édition du 6 janvier 2000).

Enfin, la promotion musclée attendue pour Netscape 6 pourrait ébranler la domination d’Internet Explorer. Actuellement, un accord de licence exclusif empêche AOL de proposer son abonnement avec un autre navigateur que celui de Microsoft. C’était la condition imposée par la firme de Bill Gates pour déposer une icône AOL directement sur le bureau de Windows. Même si Linux n’est pas encore très présent dans le grand public, il redonne une chance à un navigateur Netscape dont le coeur Gecko a été développé avec le soutien de la communauté du logiciel libre.

Pour en savoir plus : Le discours de Steve Case


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur