GeForce GTX 590 : NVidia dégaine la carte graphique la plus puissante

Cloud

NVidia contre-attaque sur le segment des cartes graphiques ultra-puissantes. Jusqu’à présent, c’est AMD qui tenait le haut du pavé (Radeon HD 6990).

La puissance de la nouvelle carte graphique de NVidia s’affiche sur plusieurs écrans.

Soit trois affichages 3D simultanément mais qui nécessitent la technologie 3D Vision Surround du constructeur ou bien 4 affichages 2D.

A cet effet, la carte possède trois sorties vidéo DVI et une sortie HDMI 1.4a.

La GeForce GTX 590 est la dernière carte graphique à deux coeurs de NVidia (pour rappel, la précédente était la GTX 295).

En fait, il s’agit de deux cartes GTX 580 qui occupent deux emplacements PCI-Express 2.0.

Si la carte est l’addition de deux GTX 580, elle additionne surtout les superlatifs.

Avec deux processeurs graphiques GF110 (GPU ou Graphical Processor Unit en anglais) disposant chacun de 1,5 Go de mémoire SDRAM, c’est donc en tout 3 Go de mémoire vive qui sont embarqués. La Radeon HD 6990 d’AMD en possède toutefois 4 Go.

Et si l’on pénètre à l’intérieur d’un GPU GF110, ce sont 512 processeurs (donc 1024 en tout pour les deux GPU) de flux de type CUDA qui effectuent les calculs relatifs à chaque pixel adressé.

Mais les calculs ne sont assurés que si un refroidissement efficace est mis en oeuvre.

Sur cette carte, une chambre à vapeur vient empiler des couches de cuivre sur chaque GPU. De l’eau à l’état liquide ou de vapeur y circule.

La dissipation thermique est complétée par un ventilateur d’un diamètre de 8cm.

Et les fréquences des GPU ont été revues à la baisse pour finir d’assurer l’enveloppe thermique et une consommation électrique décente : chaque GPU est cadencé à 607MHz contre 772MHz sur une GTX 580.

La mémoire subit un traitement identique : 1,707 GHz contre 2,004GHz (pour la GTX 580).

Il faudra tout de même alimenter ce monstre de puissance qui, à lui seul, consomme 365 W (puissance maximum). Une alimentation de 700 W est donc conseillée par Nvidia pour votre PC.

Des superlatifs, on passe à l’excessif avec un prix proposé à 650 euros.

Les GPU de cette carte sont gravés dans une technologie 40 nm du fondeur taïwanais TSMC.

Mais il s’agit plus que d’une carte destinée au cercle fermé des “gamers”, à l’heure où l’accélération matérielle est présente, entre autres, sur tous les navigateurs Internet modernes.

En effet, sa puissance brute peut aussi être utilisée dans un supercalculateur. On repense alors à son prix de 650€ qui paraît dès lors tout de suite plus raisonnable dans le cadre d’un usage professionnel.

Et c’est aussi un avantage certain pris par NVidia sur AMD dans le domaine des supercalculateurs (entamé avec le Fermi).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur