Gemplus : le retard de l’UMTS profite au Sim ToolKit

Mobilité

Pour la troisième année consécutive, des centaines de développeurs utilisant les technologies Gemplus se sont réunis à Paris les 20 et 21 juin derniers. Au-delà des sessions et présentations, cette conférence a permis de faire le point sur le rôle de Java, l’importance des mobiles et l’avenir du SIM ToolKit.

Un des sujets principaux de la conférence des développeurs de Gemplus a concerné les évolutions du Sim ToolKit. Le STK permet de créer des applications utilisant les messages courts (SMS) des portables. Il s’agit, en quelque sorte, d’un WAP léger adapté au réseau actuel. Nicolas Caumette, directeur marketing, est venu présenter la vision de GemPlus du produit STK et la stratégie envisagée dans les mois et années à venir. Le SIM ToolKit existe et évolue depuis 1996. Après une année 2000 difficile, liée à la folie GPRS et UMTS, 2001 s’annonce bien grâce aux retards pris par les prochaines générations de portables : le réseau GPRS ne sera véritablement ouvert (de manière peu étendue) qu’à la fin 2001 et l’UMTS ne devrait pas voir le jour avant 2004. De quoi créer un regain d’intérêt pour la nouvelle version du STK qui sortira vers la fin de l’année.

Dans le même temps, le futur est déjà en développement. Une convergence vers la 3G (téléphonie de 3ème génération) est prévue avec USAT (Universal SIM Application ToolKit). On pourra concevoir des applications pour les portables de dernières générations (en exploitant les fonctions avancées du GRPS et de l’UMTS) ainsi que pour les anciennes générations. L’ambition de GemPlus est de se positionner sur le m-commerce (le commerce mobile) via le STK. Il permet notamment de créer des services payants (recevoir l’horoscope, la météo, etc.). Demain, STK se transformera en un “moteur de sécurité” permettant de réaliser des paiements sécurisés. L’avenir et le présent passent aussi et surtout par Java. Le téléphone portable devient un système ouvert utilisant les API JavaPhone et non plus des architectures propriétaires. GemPlus, avec son STK, propose déjà de créer des applets Java destinées aux portables. L’entreprise implémente les API Java Card et JavaPhone et planche aussi sur des puces optimisées afin d’améliorer les performances des applications Java. La sécurité des communications d’informations sensibles devient une des préoccupations principales.

Une conférence également axée Java et mobiles

75 % du chiffre d’affaire de GemPlus est réalisé sur le marché du mobile. Outre les sessions plénières, les développeurs pouvaient assister à différents ateliers très techniques sur le développement et le déploiement des Java Card, la technologie biométrique avec les cartes à puces ou encore les nouveaux concepts d’architecture des cartes à puce. Pour les amateurs de démonstrations, un espace a été tout spécialement mis en place avec l’aide de plusieurs partenaires dont CertPlus et INES. Les produits et solutions GemPlus ont été montrés sous toutes leurs facettes. On aura remarqué les démonstrations d’environnements GemPlus (pilotes de périphériques et applications pour cartes à puce) sous Mac OS X d’Apple, Linux et PalmOS. Pour affirmer l’extraordinaire interaction entre Java et la carte à puce, GemPlus montrait l’intégration de Jini et RMI sur des cartes utilisant JavaCard.

Quid du projet SUMO ?

Il aura tout de même manqué un sujet à cette réunion de développeurs : le projet SUMO. Il s’agit d’une toute nouvelle technologie de stockage sur carte développée par Gemplus. Une simple carte SIM pourra stocker de 64 Mo et 224 Mo de données ! SUMO utilisera les toutes dernières technologies de sécurité et de stockage des informations confidentielles (code PIN, les clés de cryptage, le certificat de transaction etc.), tout en restant compatible avec les normes ISO. Gemplus espère dévoiler officiellement SUMO à l’automne prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur