Gestion des identités numériques : Dashlane acquiert PassOmatic

Régulations
dashlane-passomatic

Les technologies de PassOmatic vont permettre à Dashlane d’assurer le renouvellement automatique des mots de passe dans son gestionnaire d’identités numériques.

En mai dernier, Dashlane bouclait un tour de table record dans le secteur de l’identité numérique. L’éditeur franco-américain (implanté entre New York et Paris) levait 22 millions de dollars auprès d’un bouquet de fonds d’investissement parmi lesquels Bessemer Ventures et FirstMark Capital.

L’enveloppe obtenue dans le cadre de cette opération de financement – la deuxième du genre pour l’entreprise fondée en 2009 – est aujourd’hui  mise à profit pour soutenir une acquisition stratégique portant sur PassOmatic. L’offre de cette start-up new-yorkaise a retenu l’attention de Dashlane sous un aspect en particulier : la possibilité, pour l’utilisateur, de renouveler ses mots de passe en un clic.

L’actualisation peut s’effectuer à un intervalle prédéfini ou bien en fonction de certains événements comme le piratage de sites ou de services Web. L’intervention humaine est limitée à son strict minimum : c’est la machine qui se charge de modifier les mots de passe et de les actualiser sur l’ensemble des terminaux/logiciels de l’utilisateur.

Dashlane compte finaliser l’intégration de cette brique dans un délai de quelques semaines. Il en résultera une nouvelle version de son gestionnaire d’identités, accessible gratuitement pour un usage non commercial sur un appareil… et facturée 39,99 dollars pour la mouture premium proposant des fonctionnalités complémentaires.

Pas de changement à prévoir dans le fonctionnement même de la solution : tout mot de passe enregistré sera instantanément communiqué à tous les navigateurs Web, ordinateurs et appareils mobiles de l’utilisateur. Lequel peut également gérer son portefeuille numérique (cartes bancaires, reçus de paiement…). Aucune information n’étant enregistrée sur les serveurs de Dashlane, un mécanisme de chiffrement en AES-256 est mis en oeuvre côté client.

Un objectif : dispenser les internautes d’une saisie systématique de leurs mots de passe… mais surtout éviter la tentation d’en définir de trop simples, vulnérables aux attaques informatiques. Pour Dashlane, cette proposition de valeur est “transitoire” : elle doit accompagner l’évolution des méthodes d’authentification jusqu’à la disparition de mots de passe, amenés à être remplacés par d’autres formes d’identification comme les empreintes digitales.

Fondé il y a cinq ans par les ingénieurs Alexis Fogel, Guillaume Maron et Jean Guillou, Dashlane a pu lancer ses activités grâce au soutien de Bernard Liautaud. Cet entrepreneur et investisseur français (partenaire chez Balderton Capital) est surtout connu pour avoir cofondé, avec Denis Payre, la société Business Objects, vendu à SAP en 2008 pour 4,8 milliards d’euros.

Dashlane à déplacé son siège social à New York en 2011, mais la plupart de ses effectifs sont restés à Paris. Au dernier pointage, ses solutions ont aidé plus de 3 millions d’utilisateurs à sécuriser leur(s) identité(s) numérique(s). Elles ont aussi brassé plus de 2 milliards de dollars de transactions électroniques liées au e-commerce.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous vos informations personnelles sur Internet ?

Crédit photo : alphaspirit – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur