De Google à Baidu : deux visions de la voiture autonome

Cloud
baidu-voiture-autonome

Alors que le groupe Internet américain travaille sur une voiture sans chauffeur ni volant, son homologue chinois élabore un modèle autonome dont le conducteur pourrait reprendre le contrôle à tout moment.

Il faudra compter sur Baidu dans la course aux voitures autonomes.

Le groupe Internet chinois – connu essentiellement pour son moteur de recherche – fixe à 2015 la sortie de ses premiers prototypes de véhicules sans chauffeur. Mais à la différence de Google, qui mise sur une conduite exclusivement automatique sans intervention humaine, Baidu ne souhaite pas remplacer le conducteur : celui-ci doit pouvoir reprendre le contrôle à tout moment.

C’est là le point principal du discours tenu à The Next Web par Kai Yu. Le directeur adjoint du centre de recherches en intelligence artificielle rattaché à Baidu évoque la “nécessité de laisser le choix [à l’utilisateur], quand bien même la voiture est capable de prendre toutes les décisions d’elle-même, y compris dans des situations difficiles“.

En d’autres termes, volant, frein et accélérateur resteront de mise, alors que Google s’en dispense au profit des capteurs et des logiciels. Deux visions qui ne devraient pas immédiatement s’opposer sur le plan commercial, Baidu concentrant son activité sur un marché chinois que son concurrent n’occupe plus depuis 2010, après un retrait motivé par des affaires de censure et de droit à l’information.

L’offre de Baidu s’adaptera d’autant mieux aux spécificités locales – imprudence typique des piétons, gestion des embouteillages dans des villes comme Pékin et Shanghai – que le moteur de recherche a déjà amassé de nombreuses données stratégiques dans le pays via ses systèmes de géolocalisation.

A l’inverse, le projet de Google est voué à s’épanouir en Occident. Une centaine de prototypes seront mis à l’essai cet été. Les conducteurs chargés des tests s’intéresseront dans un premier temps aux commandes manuelles. A partir de septembre, l’État de Californie commencera à délivrer des licences d’autorisation de circulation : 150 dollars pour 10 véhicules et 20 conducteurs bêta-testeurs. Il faudra néanmoins disposer d’une provision de 5 millions d’euros en cas d’accident pour couvrir les risques de dommages matériels, de blessures corporelles… voire de décès.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous le Web chinois ?

Crédit photo : Twin Design – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur