Google Fiber : le défi ultra haut débit de Google émerge

Marketing
google-fiber-ultra-haut-debit-fibre

Les offres “très très haut débit” de Google (jusqu’à un gigabit par seconde) vont être lancées en septembre dans le cadre d’un pilote à Kansas City. On est bien loin de son coeur de métier…

Aux Etats-Unis, Google vient d’inaugurer son réseau local de “méga-fibre optique” à Kansas City.

Ce projet avait été ébauché en 2010 et il devient concret pour les habitants de cette ville située entre les Etats du Missouri et du Kansas.

De quel débit parle-t-on avec Google Fiber ? En France, le déploiement de la fibre optique est censé généraliser le 100 Mbit/s sur le territoire. Cette fois-ci, on parle d’un débit pouvant atteindre un gigabit par seconde.

10 fois la performance de la fibre actuelle. En débit montant et descendant, assure le groupe Internet.

Avec ce projet télécoms, la firme de Mountain View s’éloigne encore davantage de son coeur de métier (la recherche en ligne).

Elle vient d’ouvrir le système de pré-enregistrement (jusqu’au 9 septembre 2012).

Pour une offre d’abonnement à 70 dollars par mois (avec des possibles frais d’installation à 300 dollars), le client pourra disposer de la “méga-fibre”.

Mais il existe des formules moins onéreuses pour bénéficier du réseau Google Fibre à un moindre débit. On peut voir même une option à zéro dollar pour un accès Internet gratuit dans la grille tarifaire…

En rajoutant 50 dollars de plus, l’abonné aura accès à un bouquet de chaînes de télévision HD (poste télé non inclu) mais aussi une tablette Nexus 7, trois boxes hardware (télé, réseau + stockage de 2 To) et un espace de stockage Google Drive de 1 To.

Il n’y a pas de limites de transferts de données. En revanche, il faut signer un engagement sur deux ans.

Précisons que le choix des chaînes télé va être limité :  les groupes audiovisuels Time Warner (TNT, TBS, HBO), Disney (ESPN, Disney Channel), News Corp. (Fox News, FX) et AMC Networks (AMC, IFC)  n’ont pas signé d’accord avec Google.

En revanche, l’expérience de Motorola, désormais propriété de Google, pourrait être précieuse pour poursuivre le développement de set-tox boxes “ultra haut débit” si Google continue dans sa lancée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur