Google Glass dans les médias IT en France : entre excitation et frustration

Régulations
google-glass-le-web-london

Les premiers journalistes français se sont emparés du phénomène Google Glass. Tournée des réactions dans les salles de rédaction à chaud.

Les Google Glass font tourner la tête.

Les premiers journalistes français comment à les tester alors que des centaines de prototypes commencent à être éparpillés aux Etats-Unis et maintenant dans le monde.

Mais il faudra attendre l’horizon 2014 pour la commercialisation grand public des “lunettes du futur de Google”.

Loïc Le Meur, organisateur de la session LeWeb’13 London qui se déroule actuellement, affiche son soutien inconditionnel.

Y compris sur scène à en croire ce tweet du JDNeBusiness.

Voici leurs premières impressions de quelques chroniqueurs français.

Sur France Info, Jérôme Colombain (que l’on retrouve aussi sur La Chaîne Techno) considère qu’il s’agit de l’innovation la plus “branchée” du moment. “Celle qui fait fantasmer les geeks, qui fait rêver et qui fait peur aussi un peu”.

Il faudrait davantage parler de monture “design” que de verres en l’état actuel.

De manière basique, les Google Glass permettent de prendre des photos et des vidéos grâce à la caméra intégrée. De consulter sur le mini-écran intégré des informations (lire ses e-mails ou les tweets) et de jouer avec les commandes vocales à partir d’un micro-intégré pour accéder à des services Internet…

L’écosystème Google Glass doit encore être développé pour vraiment explorer le potentiel.

Au-delà d’affiner sa propre vision à l’écran de la monture,  les premières expériences sont troublantes : “Les personnes autour de vous qui ont l’impression que vous êtes là alors que vous êtes un petit peu ailleurs, avec un œil discret sur l’écran. Cela donne l’air parfois un peu absent”, explique Jérôme Colombain.

De son côté, Le Point.fr s’est tourné vers le blogueur vedette Robert Scoble pour ériger les dix points principaux à retenir des Google Glass.

Quelques bémols apparaissent : les lunettes high-tech sont peu résistantes en termes d’autonomie (“au bout de quelques heures d’utilisation intensive, un grand nombre de testeurs expliquent devoir les recharger avec une prise mini-USB”).

Elles n’intègrent pas (encore) la reconnaissance faciale de vos contacts sur les réseaux sociaux que vous croisez dans la rue. Elles sont très liées à l’exploitation connexe d’un smartphone Android et on ne parle pas du prix (1500 dollars la paire pour les plus impatients).

Clubic qui propose une découverte vidéo du gadget qui fait tourner la tête, précise que les Google Glass se connectent au smartphone en Bluetooth ou Wi-Fi, “mais dispose également de son propre circuit Wi-fi que l’on peut utiliser de manière autonome”.

———————

Quiz : Connaissez-vous vraiment la réalité augmentée ?

—————–

Credit Photo : Compte Google Plus de Loic le Meur (https://plus.google.com/+LoicLeMeur/posts)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur