GTA 4 : des ventes plutôt “Fast and Furious”

Cloud

Une semaine après la sortie du volet 4 du jeu vidéo Grand Theft Auto, son éditeur Take-Two recence 6 millions d’exemplaires écoulées.

Difficile de rater la publicité portant sur un jeux vidéo qui fait sensation sur les chaînes télé française GTA IV: Liberty City est disponible sur Xbox 360 et PlayStation3. Son éditeur américain Take-Two et son studio Rockstar Games commencent à récolter le fruits du quatrième opus de son jeu d’action dans un monde urbain qui fait vrombir les moteurs à l’instar des films ciné Fast and Furious.

Dans un communiqué de presse en date du 7 mai, Take-Two indique avoir écoulé 3,6 millions d’unités de GTA 4 le premier jour de commercialisation dans le monde (29 avril). Une semaine de vente plus tard, on atteint les six millions d’exemplaires.Ce qui représente un chiffre d’affaires global de 500 millions de dollars.

C’est remarquable pour un jeu pointé du doigt aux Etats-Unis par des associations de défense des (jeunes) consommateurs comme l’association Madd (Mothers Against Drunk Driving). La Commission américaine de classification des logiciels de divertissement (ESRB) a d’ailleurs interdit le jeu à la vente aux moins de 17 ans. En France, le distributeur Micromania le considère comme “un jeu violent et déconseillé aux moins de 18 ans”.

Ce succès retentissant arrange bien les affaires de Take-Two qui fait l’objet l’objet d’une offre publique d’achat lancée par son concurrent Electronic Arts (EA), qui a déjà prolongée et expire le 16 mai. La sortie réussie de son jeu vidéo phare permet à l’éditeur en proie à une OPA a permettre de ré-équilibrer les rapports de force. S’il maintient ses ambitions, EA sera-t-il obligé de reviser son prix d’acquisition à la hausse ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur