Hadopi : 3 millions d’euros pour un Internet plus PUR

CloudRégulations

La Hadopi veut changer son image d’instrument de répression avec la création d’un label identifiant les offres légales de divertissement numérique (PUR).

La Hadopi vient d’organiser une réunion d’information pour lancer le label PUR (acronyme de Promotion des Usages Responsables).

Ce label est destiné à guider les consommateurs dans la jungle du Net, car, “pour savoir si un site est légal ou pas, les gens ont des difficultés“, explique Marie-Françoise Marais, Présidente de la Hadopi.

Le label PUR est accordé aux plates-formes qui ont déposé un dossier sur le site de la Haute Autorité, et dont l’activité est jugée légale par la Hadopi et par les ayants droit.

La labellisation auprès de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet est gratuite.

Elles est valable un an et le dossier est renouvelable.

Entre 35 et 40 plates-formes seront labellisées d’ici fin juillet, évalue Eric Walter, Secrétaire général de la Hadopi.

Elles proposeront des contenus très diversifiés, allant des photographies aux jeux vidéo.

Tous les business models du Web seront aussi représentés : contenus gratuits et payants, en téléchargement ou en streaming.

Surtout, “une dynamique pro-active sera adoptée envers les plates-formes pour les inciter à se faire labelliser“, annonce Eric Walter.

En échange, ces sites pourront arborer le logo PUR sur leurs pages et seront listés sur le site officiel du label (ouvert lundi prochain).

La Haute Autorité a cependant dû user de ses talents de “conciliateur” pour que les ayants droit acceptent la labellisation de certains sites.

Le secrétaire général a précisé que, la plupart du temps, il a suffi que les œuvres provoquant le désaccord soient enlevées des sites pour régulariser la situation.

Le nom du label PUR fût choisi “pour parler aux jeunes dans leur langage” et toute la stratégie de communication s’oriente autour du même thème “pédagogique et ludique“.

La campagne a été élaborée par l’équipe de communication de l’autorité indépendante avec l’aide de deux agences de publicité : H (Havas) et Home.

Elle débutera lundi prochain (le 13 juin) et sera dotée de 3 millions d’euros de budget.

Quasiment tous les canaux médias seront utilisés : affichage, print, radio, télévision et Web.

La campagne sera à son plus fort au moment de la Fête de la Musique (21 juin) , afin que son slogan “la création de demain se défend aujourd’hui” touche le public jeune, cible prioritaire.

Et ce sont d’ailleurs les enfants qui seront mis à l’honneur dans la communication.

(lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur