Hadopi : les internautes changeraient enfin de comportement

CloudRégulations

Selon une enquête publiée par l’Hadopi, la moitié des internautes sondés a accepté le travail opéré par la Haute autorité, et 50% d’entre eux déclarent avoir changé leurs habitudes suite à la mise en place de la loi contre le téléchargement illégal.

Le 10 mai, l’Hadopi publiait les résultats de sa deuxième vague d’enquêtes. Au bout de sept mois d’existence, la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet peut enfin présenter de bonnes nouvelles au gouvernement.

Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand s’en est félicité dans son discours, annonçant fièrement : “Ne tergiversons pas : ces résultats sont largement positifs. […] Ce qui était hier un pari est devenu aujourd’hui une réalité tangible“.

Au vu des chiffres annoncés, les ayants-droit ont effectivement de bonnes raisons de se réjouir de l’action de l’Hadopi.

Le rejet massif attendu par ses opposants n’a effectivement pas encore eu lieu. Au contraire, 50% des internautes français pensent que “la mise en place de l’Hadopi est une bonne initiative“. Seulement 21% qui pensent le contraire.

Et “l’effet Hadopi” se ferait déjà sentir. L’enquête indique ainsi que 50% des internautes déclarent être incités par l’Hadopi à consommer plus régulièrement des œuvres sur des sites respectueux du droit d’auteur, contre 36% il y a trois mois.

16% des sondés déclarent avoir arrêté de télécharger des contenus illégaux à cause de la nouvelle loi contre le piratage de contenus, et 23% avouent avoir diminué leur consommation de biens culturels illégaux.

Hadopi change les mentalités
Hadopi changerait les mentalités

Surtout, les internautes pris sur le fait par la Haute autorité, ou dont un membre de la famille a reçu un avertissement de l’institution, s’élèvent à 7% des sondés après un seul semestre d’exercice.

Puisque le sondage portait sur 1500 internautes, analyser la répartition de ces 7% (soit 105 individus) devient moins statistiquement probant.

Malgré tout, les chiffres sont donnés : parmi ces 7% d’avertis ou de famille d’avertis, 50% déclarent avoir arrêté tout téléchargement illégal, et 22% l’avoir diminué.

Pour l’instant, aucun internaute n’a vu son accès au Web coupé. Mais le ministre s’en félicite : “L’idée n’est pas d’envoyer les internautes au tribunal, l’idée est bien de faire massivement appel à leur sens de la responsabilité.

Le volet légal toujours en attente… mais promis pour le mois prochain

Et pour continuer en ce sens, il ne manque plus que le volet légal de la loi. Selon Frédéric Mitterrand “l’encouragement aux offres légales se concrétisera dans moins d’un mois avec l’attribution des premiers labels par l’Hadopi.” Mais seules 19 plates-formes et services ont demandé leur labellisation.

Pour finir, le ministre a salué l’initiative des Labs qui permettent “au monde de la culture et au le monde de l’internet de travailler ensemble“.

Il s’agit de groupes de travail mêlant spécialistes du Net et de la culture. Frédéric Mitterrand assure que leurs résultats seront écoutés attentivement par le gouvernement.

A lire également sur ITespreso.fr : Dossier : Hadopi : avis de tempête sur la loi anti-piratage


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur