Le smartphone HTC First essuie les plâtres de Facebook Home

Régulations
Facebook Home Qualcomm Snapdragon

Premier smartphone à embarquer nativement Facebook Home, le HTC First voit son lancement commercial repoussé en Europe, à la demande du réseau social, qui veut réviser sa surcouche.

Le HTC First ne traversera pas l’Atlantique de sitôt.

Calé en milieu de gamme, ce smartphone Android est le premier – et pour l’heure l’unique – à embarquer de série la surcouche applicative Facebook Home.

Commercialisé depuis la mi-avril aux Etats-Unis, il devait investir, début juin, l’Europe, avec deux pays cibles : la France et le Royaume-Uni.

Mais le réseau social de Mark Zuckerberg a demandé aux opérateurs concernés (EE et Orange) d’en repousser sine die la distribution.

Motif : Facebook Home a besoin d’un lifting avant d’initier sa conquête du Vieux Continent.

Téléchargée plus d’un million de fois depuis sa publication le 12 avril sur le Play Store de Google, cette méga-surcouche a connu une réception mitigée.

Elle requiert un niveau de permissions tel qu’elle se superpose quasi intégralement à Android. Si bien que de nombreux utilisateurs en ont fustigé la caractère intrusif, la qualifiant “d’envahissante” plus qu’immersive.

En se basant sur les retours qui ont valu à l’application une note moyenne de 2,3/5 avec près de 20 000 évaluations, Facebook compte notamment introduire, comme le note The Verge, davantage d’options de personnalisation.

L’accès direct à tous ses services (flux d’actualités, messagerie instantanée, appels voix…) restera d’actualité, au même titre que le partenariat stratégique signé avec Qualcomm.

Le fabricant américain de semi-conducteurs a optimisé ses processeurs Snapdragon pour permettre une exécution optimale de Facebook Home sur un large éventail de smartphones.

Les ambitions du réseau social se porte effectivement au-delà du seul HTC First : la définition du Facebook Phone est vouée à englober, à terme, tous les terminaux Android auxquels se greffera la surcouche.

Cette stratégie a des implications sur la santé déjà fragile de HTC.

Dans la droite ligne d’une année 2012 conclue sur la pente savonneuse, le fabricant télécoms d’origine taïwanaise a rendu une copie sans saveur au 1er trimestre 2012 : résultat global en recul annuel de 37%, chute de 80% du bénéfice net.

Et son smartphone First connaîtrait un flop commercial. C’est tout du moins ce que suggère sa baisse de prix, passé de 99 à 0,99 dollars dans le cadre d’un achat avec subvention chez AT&T.

En toile de fond, la réalité d’un marché emmené par un Samsung terriblement agressif du point de vue commercial, un LG qui se hisse vers le haut par la voie de la 4G, un Sony qui joue son renouveau avec la gamme Xperia et la montée en puissance des Chinois (Huawei, ZTE…)

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : avez-vous entendu parler du nouveau Facebook ?

Crédit photo : HTC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur