Smarter Commerce : IBM fait son shopping en réalité augmentée

Régulations

Avec Smarter Commerce, IBM immisce la réalité augmentée dans l’expérience du consommateur, qui peut obtenir une mine d’informations sur des produits en les photographiant avec un smartphone.

Popularisée par les Google Goggles, la réalité augmentée devient partie intégrante de l’expérience du consommateur avec IBM Smarter Commerce, pour l’heure en phase de test aux Etats-Unis.

L’outil a vocation à afficher des informations à propos d’un objet photographié ou simplement cadré via le capteur intégré à la majorité des smartphones et tablettes numériques.

Cette solution, encore à l’état de prototype, n’est pas sans rappeler Flow, un service signé d’Amazon, dévoilé à l’automne dernier et similaire à bien des égards.

Une fois le produit détecté et analysé, apparaissent sur l’écran du terminal mobile des données tels son prix ou sa composition, mais aussi des éléments plus complexes comme le taux de composantes recyclables dans l’emballage.

Le système interprète également – là réside d’ailleurs l’une de ses principales plus-values – un certain nombre d’informations comme les promotions ponctuelles et les éventuelles ruptures de stock à anticiper.

IBM confère à cet ensemble un degré de personnalisation par lequel l’utilisateur peut créer un profil et y définir des préférences liées à sa religion (prohibition de certaines denrées), son régime alimentaire (allergies, intolérances), la taille de son foyer (portions individuelles ou familiales), etc.

Un assistant de configuration simplifie le processus, moyennant enregistrement préalable via un numéro de téléphone ou une carte de fidélité.

Le tout s’articule autour d’une application mobile voulue autonome, à savoir qu’il n’est pas nécessaire d’apposer sur les produits des pastilles d’identification. Ni de codes-barres, d’ailleurs.

A noter un travail particulier sur la qualité d’image, pour s’accommoder des capteurs basse résolution et en tirer le potentiel pour aller au-delà des flash codes et des pastilles NFC.

Il incombera toutefois aux distributeurs d’équiper en conséquence leur système informatique avec la composante Smarter Commerce.

Outre-Atlantique, plusieurs chaînes commerciales auraient manifesté leur intérêt vis-à-vis du projet. Pour appuyer ce succès revendiqué, les équipes d’IBM évoquent le renouveau du shopping en point de vente physique.

C’est moins contraignant que les QR codes et les codes-barres. Le geste est plus naturel“, résument les intéressés, qui évoquent à demi-mot un levier de fidélisation du client et un moyen de pister ses habitudes de consommation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur