IBO construit son propre centre de données à Clermont-Ferrand

Cloud

Cet expert de l’infogérance de la région Auvergne a mis en service son propre centre de données basé sur la solution APC InfrastruXure.

Avec un prix du mètre carré plus abordable qu’en région parisienne et la mise en service de réseaux de télécommunications d’initiative publique, soutien des collectivités aux PME innovantes :  les conditions sont favorables pour que le marché de l’hébergement informatique se développe massivement en province dans les mois à venir.

Mais reste pour les prestataires à trouver des fonds pour financer la construction de nouvelles infrastructures d’hébergement, la plupart d’entre eux se tournant alors vers les collectivités. En ces temps de crise financière, celles-ci sont déjà particulièrement sollicitées pour soutenir l’innovation.

Prenons l’exemple avec IBO, une société spécialisée dans l’infogérance de systèmes informatiques basée à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Créée en 1986 par Frédéric Chaumont, l’entreprise compte actuellement 45 collaborateurs devant assurer l’éxecution des prestations issues de 200 contrats d’infogérance (principalement pour de l’hébergement de serveurs de production et serveurs critiques) signés avec des PME-PMI et collectivités.

Une activité en croissance qui a nécessité un nouvel espace informatique sécurisé pour répondre à toutes les demandes. C’est pourquoi IBO a annoncé la mise en production d’un data center dont la surface d’hébergement est de 400 mètres carrés optimisés pour la haute densité et la virtualisation. Près de 600 000 euros de travaux ont été mis sur la table pour une mise en production qui a débuté fin octobre.

Interrogé par Vnunet.fr, Frédéric Chaumont indique que “nous sommes très attachés à notre région et ce projet va permettre la création de 15 emplois dans les trois années venir, de quoi rassurer nos clients et mettre en oeuvre de nouveaux projets.”

Puissance globale : 240 Kilowatts

Pour construire ce centre, IBO a lancé un premier appel d’offres au terme duquel la solution APC InfrastruXure, un concept de datacenter tout-en-un, a été retenu. “Pour mener à bien le projet, nos ingénieurs ont travaillé avec APC et d’autres intervenants : Hitachi pour les groupes froids, Siemens, HP…”, note Frédéric Chaumont.

Après quelques semaines de tests, les baies sont aujourd’hui installées et peuvent contenir environ 500 serveurs physiques. La puissance globale du centre est de 240 Kilowatts, le dimensionnement étant prévu pour que chaque baie (une vingtaine pour débuter) bénéficie d’une alimentation allant de 3 à 5 Kw.

Côté télécoms, IBO a noué un partenariat avec l’opérateur Nancéen Adista présent à Clermont-Ferrand grâce à Clermont Communauté, un réseau d’initiative publique mis en service il y a quelques mois. A noter que Orange Business Services dessert également le bâtiment.

Green IT: infrastructure dans un local enterré et free-cooling

Ce n’est plus un secret, construire un centre de données nécessite un savant calcul pour faire quelques économies d’énergie. “Notre data center est le fruit de trois années de réflexion”, glisse Frédéric Chaumont.

Sur ce point, IBO se targue d’avoir installé son infrastructure dans un local enterré pour gagner quelques degrés et demandé à ses partenaires de l’aider à réduire son impact sur l’environnement.  “Dans notre région, il fait froid assez longtemps dans l’année. Donc, nous utilisons le free-cooling pour faire des économies d’énergie importantes”, précise le représentant d’IBO.

Le Green IT est sans doute l’un des éléments qui a permis de séduire les partenaires qui ont aidé à la réussite du projet. Ainsi, en plus d’un prêt bancaire, le conseil régional d’Auvergne a soutenu IBO en lui accordant une subvention.

Oséo et Side Michelin (filiale de Michelin qui soutient la création d’entreprise) sont également intervenus sous forme d’avances remboursables ou prêt bonifié (avec un taux d’intérêt intéressant). Les montants n’ont pas été communiqués.

Pour rentabiliser son investissement, IBO compte sur ses clients actuels et le développement de nouveaux services. “Notre data center s’intégre dans une approche globale d’infogérance, 90% est réservé à nos usages, mais nous pouvons étudier des partenariats si des sociétés locales ont besoin de place”, conclut Frédéric Chaumont.

A lire également : communiqué de presse (via Forum Vnunet.fr)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur