Icann – Paris : la libéralisation des noms de domaine génériques se confirme

Mobilité

Le “board” de l’organisme dédié au nommage Internet donne son aval. Autre mesure phare : créer des noms de domaine au-delà des caractères romains.

C’est le summum de la semaine parisienne de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann). Lors d’une session de son conseil d’administration organisée le 26 juin, l’organisme en charge de réguler les noms de domaine a approuvé une recommandation majeure pour le nommage Internet.

Evoquée dès le début de a 32ème réunion internationale, cette proposition devient plus concrète avec l’aval du “board” de l’Icann. Cette résolution va permettre de créer toute une pléïade de nouvelles extensions génériques. Sa version finale doit encore être approuvée par les membres du conseil d’administration. Elle est attendue en début d’année prochaine. Son application pourrait survenir rapidement… peut-être le deuxième trimestre 2009.

Alors que l’Icann recense actuellement 21 extensions génériques (top level domain) comme .com, .net ou .info, elle compte ouvrir les vannes pour une création illimitée. “Le potentiel ici est énorme. Cela représente un vrai nouveau moyen pour que les personnes puissent s’exprimer sur Internet”, a déclaré Paul Twomey, Président et CEO de l’Icann, cité dans un communiqué de presse. “C’est une véritable croissance du ‘domaine immobilier’ de l’Internet.”

Les candidats qui soutiennent auront la possibilité de choisir leur extension, dans la limite du respect des textes de droit international (droit des marques, interdiction à l’incitation à la désobéissance civile ou à l’incitation à la haine… ). Mais cette mesure devrait satisfaire l’ensemble des communautés : culturelles, business, politiques, identités régionales ou appartenances religieuses… Pourquoi pas jusqu’aux clubs de foot ou les noms de métropoles.

Délier les écritures pour composer les noms de domaine

Dans la partie “questions-réponses”, l’Icann précise que l’objectif de cette libéralisation des extensions génériques n’est pas le business. Une période de candidature déterminée dans le temps sera fixée, au cours de laquelle tous les prétendants déposeront leurs dossiers qui feront l’objet d’une évaluation.

Autre résolution qui constitue une volonté d’ouverture : les noms de domaine seront acceptés avec un large panel d’écritures (en chinois, cyrillique ou arabe) au-delà des caractères romains, qui étaient la règle jusqu’ici.

“Ce sera très important pour l’Internet du futur en Asie, au Moyen-Orient, en Europe de l’Est et en Russie”, a commenté Peter Dengate Thrush, en qualité de Chairman de l’Icann.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur