Intel acquiert Altera : à la recherche de la performance des processeurs

CloudComposantsDatacentersPoste de travail
intel-altira-fusion

Intel confirme le rachat d’Altira pour 16,7 milliards de dollars. Les synergies technologiques seront précieuses pour couvrir les segments des data centers et l’Internet des objets.

Nouvelle secousse dans les semi-conducteurs : Intel vient de réaliser la plus grosse acquisition de son histoire avec Altera.

Montant de la transaction : 16,7 milliards de dollars (15,25 milliards d’euros). Le rachat d’Altera devrait être bouclé d’ici six à neuf mois.

La dernière méga-acquisition portait sur McAfee : le fournisseur de solutions de sécurité IT avait été acquis pour un montant de 7,7 milliards de dollars.

La firme high-tech de Santa Clara est prête à débourser 54 dollars par action Altera, soit une prime de 10,5% sur le cours de clôture de vendredi (29 mai).

Selon Reuters qui cite une source proche du dossier, Altera avait rejeté en avril une première offre non sollicitée au même prix.

Ce qui intéresse Intel, ce sont les technologies FGPA (field programmable gate array) d’Altera, du nom de cette de famille de composants modifiables à volonté (idéal pour créer des circuits ultraspécialisés). Ce type de puces permettra notamment de booster les capacités de calcul des processeurs pour serveurs Xeon.

“La stratégie de croissance d’Intel vise à étendre nos actifs fondamentaux en segments de marchés complémentaires et rentables”, a déclaré Brian Krzanich, CEO d’Intel, cité dans le communiqué. Tout en faisant un clin d’œil à la Loi de Moore.

Le rachat d’Altera permettra de renforcer cette course à la puissance des processeurs à des coûts moindres sur des segments de marché comme les centres de données ou l’Internet des objets.

Altera a vocation à devenir une business unit d’Intel. Le groupe acquéreur assure qu’il continuera d’assurer et de soutenir la production de produits sous micro-architectures processeurs ARM.

La vague de consolidation dans les puces électroniques se poursuit donc après le rapprochement Avago-Broadcom annoncé la semaine dernière (37 milliards de dollars) et celui de NXP – Freescale (12 milliards de dollars) intervenu en mars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur