Intel cherche une nouvelle agilité dans la mobilité

Mobilité

Intel, qui peine à imposer sa plate-forme x86 dans les terminaux nomades, initie une fusion des quatre divisions de son activité mobile, sous la présidence de Mike Bell (un ancien d’Apple qui a conçu l’iPhone).

Intel orchestre une restructuration de son activité mobile.

C’est assez radical et cela se traduit par une fusion de ses quatre divisions sous l’égide du Mobile Communications Group.

La nouvelle entité chapeautera l’ensemble des développements liés à l’écosystème nomade.

A la peine sur un marché dominé par ARM, le groupe de Santa Clara n’a pas su imposer sa plate-forme x86 dans les smartphones et les tablettes.

Pour autant, cette réunion sous une même bannière des feus départements “Netbook & Tablet”, “Mobile Wireless”, “Mobile Communications” et “Ultra Mobility” augure d’un revirement stratégique, écho à cette volonté d’affirmer d’investir enfin le segment du mobile, à l’horizon 2012.

Son partenariat initial avec LG avorté en 2010, Intel estime revenir plus aguerri, fort de la gouvernance de Mike Bell, tout juste investi à la tête de la nouvelle entité ainsi formée.

Ancien de la maison Apple, l’intéressé a notamment participé à l’élaboration de l’iPhone, premier du nom.

Intronisé à ses côtés, Hermann Eul, ex-président d’Intel Mobile Communications, a notamment contribué aux efforts d’Infineon (passé en avril dernier sous le giron d’Intel) en matière de miniaturisation des composantes de l’architecture x86.

Ce duo d’expérience initie un retour en arrière, une démarche rétroactive vers des positions séparées (c’était le cas de trois des quatre divisions aujourd’hui associées) autrefois établies comme une vision gagnante, à la genèse des plates-formes mobiles.

Intel, qui compte implémenter la réalité augmentée dans ses processeurs, multiplie les offensives, mais ne parvient pas à trouver l’ouverture, enregistrant l’infidélité concomitante de Microsoft :  Windows 8 sera la première à proposer une compatibilité ARM.

En parallèle, le fabricant de semi-conducteurs envisage la perte d’un milliard de dollars des suites d’inondations en Thaïlande, phénomène dont résulte une pénurie de disques durs, affectant de manière connexe le marché des processeurs.

Difficile de ne pas faire un parallèle entre le remaniement profond chez Intel et le changement à la tête de la division mobile de Microsoft


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur