Intel enrichit ses Xeon au P4 et à l’Hyperthreading

Mobilité

Un Pentium 4 doté d’une nouvelle technologie de simulation multiprocesseur, le tout associé à un nouveau chipset, telle est la recette des nouveaux Xeon qu’Intel annonce comme 30 % plus performants que les précédents modèles.

A l’occasion de l’Intel Developer Forum, (IDF, du 25 au 28 février, San Francisco), le fondeur de Santa Clara présente deux nouveaux processeurs Xeon pour serveurs. Nouveaux par les technologies qu’ils renferment, à savoir l’architecture Netburst du Pentium 4 et la technologie Hyperthreading. Présenté à l’IDF de l’été dernier (voir édition du 29 août 2001), l’Hyperthreading permet au système d’exploitation de travailler avec deux processeurs logiques simulés par un processeur physique afin de mieux supporter les tâches de fond en répartissant au mieux les ressources de la machine. Exploité pour la première fois chez Intel, l’Hyperthreading sera l’une des caractéristiques des prochains Xeon MP pour serveurs multiprocesseurs (quadriprocesseurs et au-delà) prévus pour la fin du trimestre. En attendant, les nouveaux Xeon, gravés en 130 nanomètres (0,13 micron), sont déclinés en 1,8, 2 et 2,2 GHz à respectivement 251, 417 et 615 dollars (par lot de mille pièces). Ils intègrent, par ailleurs, un cache de niveau 2 ATC (Advanced Transfer Cache) de 512 ko.

Destinés aux serveurs frontaux (serveur Web, sécurisation réseau, gestion du trafic, voix sur IP, mise en cache, etc.), mono ou biprocesseurs, les “Xeon P4” s’associent au chipset E7500 développé par Intel. Cadencé à 400 MHz (4 x 100 MHz, en réalité), soit la fréquence du bus frontal du P4, ces circuits logiques gèrent la DDR SDRam et permettent d’atteindre une bande passante de 3,2 Go/s. Intel semble avoir fait l’impasse sur la mémoire Rambus qui n’apparaît pour le moment dans aucune configuration. Selon Intel, l’association du “Xeon P4” avec l’ E7500 “est capable de stimuler de 80 % les performances des serveurs biprocesseurs par rapport à d’autres plates-formes Intel comparables”, c’est-à-dire des Pentium III Xeon avec deux fois moins de cache. Le gain réel serait plutôt de l’ordre de 30 %. L’E7500 est commercialisé 92 dollars (toujours par lot de mille unités). Signalons qu’il ne semble pas gérer l’AGP. Il faudra alors lui préférer le chipset i860 si on souhaite exploiter le “Xeon P4” dans une station de travail, qui ne supporte que la RDRam de Rambus.

De Dell à HP en passant par Compaq, Fujitsu-Siemens, IBM ou NEC, les principaux constructeurs de serveurs devraient commercialiser, dans les mois qui viennent, des offres à base de la nouvelle plate-forme Intel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur