Intel inaugure à Toulouse un centre de R&D dédié aux smartphones

Mobilité

Intel renforce un pôle de recherche à Toulouse pour explorer le segment des smartphones. Le fondeur a repris une petite partie de l’équipe de l’usine Freescale qui est dépecé au niveau local.

La semaine dernière, Intel a officiellement inauguré son centre de recherche consacré aux smartphones à Toulouse (Haute-Garonne).

C’est le fruit d’une restructuration d’un site de Freescale (ex-Motorola) et d’un redéploiement d’Intel, pourrait-on dire.

En septembre 2009, Intel a décidé de conserver une partie de l’effectif du pôle “téléphonie” de l’usine Freescale à Toulouse alors que cette activité était destinée à s’éteindre.

Après avoir débuté avec une cinquantaine de salariés, la nouvelle configuration d’Intel au niveau local emploie désormais 93 personnes “et recourt aux services d’une centaine de prestataires de service” selon l’AFP.

Stéphane Nègre, P-DG d’Intel France, a précisé à l’AFP que ce centre R&D servira de pôle magnétique dans le domaine des smartphones, en lien avec des laboratoires situés dans d’autres pays (États-Unis, Finlande, Inde, Chine) mais aussi avec d’autres structures implantées au niveau national. En particulier le relais d’Intel situé à  Sophia-Antipolis.

L’effectif d’Intel en France s’étoffe : on recense désormais 800 employés entre Meudon (Hauts-de-Seine, siège national), Montpellier (Hérault, pôle de recherche sur les logiciels) et Nantes (Loire-Atlantique, outils de simulation) et la laboratoire situé dans le technopole des Alpes-Maritimes.

La preuve a été apportée lors du Mobile World Congress que cela bouge beaucoup dans le domaine des smartphones.

Intel a annoncé un partenariat avec Orange, qui distribuera un nouveau terminal mobile intelligent sous Atom : Santa Clara.

Il a aussi révélé un accord avec le fournisseur de solutions de paiement électronique Visa, pour associer processeur et paiement sans contact (NFC).

Plus globalement, Intel est très impliqué dans la R&D en Europe (27 Intel Labs recensés en Europe).

Encore la semaine dernière et toujours dans le cadre du MWC, Intel a annoncé l’ouverture à Karlsruhe (Allemagne) d’un centre de recherche sur l’automobile connectée.

 Semi-conducteurs : que restera-t-il de Freescale à Toulouse ?
La fin du site de production de Freescale à Toulouse est programmé depuis avril 2009. 821 emplois pourraient disparaître d’ici juin, selon Le Parisien. Mais l’intersyndicale, qui a appelé à des débrayages deux fois au cours de la dernière semaine de février, évoque “600 salariés qui se verraient notifiés leur licenciement vers le mois de juin”. “Et 600 intérimaires s’ajouteraient à ces licenciements”. Fin février, les syndicats et les élus locaux avaient écrit au Président de la République Nicolas Sarkozy pour évoquer le sujet en lui demandant d’intervenir “pour stopper le processus”. Selon l’AFP, Freescale considère que “les raisons qui ont conduits à décider la fermeture restent valides” (obsolescence des composants fabriqués et nécessité de ré-investir dans les capacités de production jugée démesurées). Néanmoins, Freescale pourrait conserver “plusieurs centaines d’emplois” à Toulouse dans la R&D.

(Article : Jacques France de Ferrière, Philippe Guerrier)

Logo : ©-abimas-Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur