Intel présente son cru 2001 du concept PC

Mobilité

Comme chaque année au Comdex, Intel dégaine son “concept PC”, une machine de démonstration qui permet de présenter les technologies du futur et de donner des idées aux développeurs et intégrateurs. Conçu autour d’un Pentium 4, le Hannacroix marie sans complexes 802.11b et Bluetooth, USB 2.0 et IEEE 1394a, et s’acoquine avec l’audio et la vidéo tout en se débarrassant des ports PS2, parallèle et série. Radical mais pas réaliste. Ce n’est d’ailleurs pas le but !

C’est un objet bizarre : ni une machine haut de gamme, ni un projet. Intel l’appelle “Concept PC”, le baptise “Hannacroix” (du nom d’une petite ville au Nord de New York ?) et prévient qu’il “a été créé pour présenter aux développeurs et aux intégrateurs des idées, des technologies, et des produits pour les aider à concevoir et fabriquer de futures plates-formes PC enthousiasmantes.” Chaque année, le fondeur présente ainsi son bébé au Comdex, c’est aussi l’occasion de faire un peu de pub pour les technologies des copains. La cuvée 2001 s’organise autour d’un Pentium 4, monté sur un chipset 850. Effet de mode ou véritable enjeu stratégique, le sans-fil est également présent sous toutes ses formes. L’Hannacroix intègre ainsi le 802.11b pour les connexions réseau et le Bluetooth pour les transferts entre la machine et les périphériques. Du coup, les ports PS2, parallèle et série deviennent obsolètes, c’est ce que les Anglo-Saxons appellent le PC legacy free. Un PC “libre”, sans ces satanés câbles et la multitude de ports d’extension. Attention, le concept PC d’Intel permet tout de même de connecter ses périphériques avec un taux de transfert supérieur à celui du Bluetooth. L’Hannacroix est ainsi doté d’une batterie de connexions I/O (entrée/sortie). Amusant, il permet à l’USB 2.0 (contrôleur cinq ports sur la carte mère et quatre ports sur le hub) de côtoyer l’IEEE 1394a (trois ports FireWire), des technologies habituellement plutôt présentées comme concurrentes. On trouve également deux connexions LAN (pour l’Internet haut débit et la connexion à un autre PC, par exemple) ainsi qu’une connexion HPNA pour relier le PC à une prise téléphonique. Côté stockage enfin, Intel parie pour le Serial ATA pour le câblage interne des disques durs.

Exit les home theaters ?

Bon, on a la machine, reste à savoir ce que l’on peut en faire. Intel propose de s’installer dans son canapé pour écouter de la musique, grâce au PC justement qui est capable de contrôler jusqu’à six haut-parleurs pour la fameuse expérience “surround”. “En se servant du lecteur DVD/CD, les utilisateurs peuvent lire des DVD, des fichiers MP3, des jeux et des CD”, nous dit Intel. On ne l’aurait pas deviné ! D’ailleurs pour être honnête, le but ici est de démontrer que “tout cela peut désormais s’effectuer avec peu ou pas du tout de perte de qualité sonore en comparaison des systèmes de home theater. Car comme le dit le fondeur, “avec la connectivité sans fil, les utilisateurs peuvent lire l’audio en passant par l’ordinateur ou par un système de haut-parleurs télécommandés et ils peuvent lire leurs DVD via l’ordinateur ou la télévision”. Intel ne serait-il pas en train de nous conseiller d’acheter un ordinateur plutôt qu’un ensemble home theater ? Ça y ressemble.

Il faut tout de même garder à l’esprit qu’il ne s’agit que d’une machine de démonstration. On note qu’Intel se garde bien de dire quel écran il choisit et qu’il ne mentionne pas de lecteur de disquette ni de graveur. A ce propos, un graveur de DVD sur une machine au top des dernières technologies, ça l’aurait fait ! Bon, d’accord ce n’est pas le but ici. Vivement l’année prochaine pour le prochain concept PC d’Intel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur