Intel promeut la virtualisation comme ‘l’OS des data centers’

Cloud

Dans le vision du fondeur, la virtualisation des serveurs x86 vise
l’extermination des mainframes.

La virtualisation va donner naissance à un nouveau “système d’exploitation de centre de données“, prédit Pat Gelsinger, vice-président sénior chez Intel. Le responsable des systèmes d’entreprise intervenait dans le cadre des conférences VMword de San Francisco. “La virtualisation apportera de profonds changements sur notre façon de considérer le centre de donnée” , a poursuivi Pat Gelsinger. “Elle offre l’opportunité de créer le système d’exploitation du centre de données de demain.

Au cours de son intervention, Pat Gelsinger n’a pas désigné des logiciels comme Windows et Linux. Au contraire, le responsable faisait référence à une couche d’infrastructure de base par dessus laquelle les entreprises peuvent installer et exécuter leur applications.

En complément de la technologie de base de virtualisation, le “système d’exploitation” évoqué par Pat Gelsinger est rendu possible par des technologies comme Vmotion de VMware et XenMotion de XenSource. Les deux autorisent le déplacement à chaud des systèmes virtuels entre les différents serveurs, c’est-à-dire sans nécessiter d’interruption du serveur.

Gordon Haff, conseiller principal pour la firme Illuminata compare la vision de Pat Gelsinger à des programmes comme HP Utility Data Centre, IBM autonomic computing technology ou Sun Microsystem N1. Ces programmes promettent une gestion centralisée d’un pool de serveurs à partir duquel la capacité de calcul est dynamiquement assignée aux applications.

C’est le concept de la gestion du data center en tant qu’entité gobale plutôt qu’un ensemble de boîtiers à moitié déconnectés“, déclare l’analyste à Vnunet.com. “C’est l’évolution des centres de données à travers la prolifération des serveurs x86.”

Pat Gelsinger prévoit qu’un jour la virtualisation signe la mort longtemps attendue des mainframes en mettant en oeuvre l’exécution virtualisée des appl ications mainfraimes. Il y a 20 ans, le porte-parole d’Intel signait un article dans lequel il prédisait la chute des mainframes.

Les mainframes sont considérés comme beaucoup plus onéreux que les serveurs x86 mais affichent la réputation d’être extrêmement stables. D’ailleurs, les entreprises renoncent à les remplacer. Les processeurs Itanium furent conçues pour remplacer les architectures mainframe. Cependant, la puce a échouer à pénétrer le marché de ses concurrents. Malgré la tendance favorable accordée au modèle d’informatique distribuée sur un ensemble de serveurs x86 en réseau, la demande de mainframes est restée stable.

Toutes les charges de travail ne s’accordent pas forcément bien avec une architecture de mémoire distribuée [comme celle des fermes de serveurs x86], pointe Gordon Haff, et il y a certain avantages à gérer et disposer de ressources à partir d’un seul boîtier.”

Adaptation d’un article de Vnunet.com en date du 11 septembre 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur