Intel réfute les accusations de Negroponte sur le projet OLPC

Mobilité

Intel justifie son départ du projet OLPC par la pression exercé à son encontre par l’équipe de direction.

Bruce Sewell, l’avocat général d’Intel, a réfuté les accusations selon lesquelles l’entreprise aurait agi indélicatement dans le programme One Laptop Per Child (OLPC). Dans une lettre au Wall Street Journal, le juriste à expliqué que l’entreprise avait agi de bonne foi et qu’elle n’e s’était retiré du projet qu’après que l’équipe de direction de l’OLPC ait tenté de stopper la vente de ses PC Classmate à destination des pays en voie de développement.

OLPC a décidé que le Classmate d’Intel faisait du tort [au XO] et nous ont menacé de nous renvoyer de son conseil, à moins de mettre un terme [au Classmate]“, at-il écrit. “Intel ne peut pas et ne doit pas retirer son soutien aux gouvernements et aux fabricants des ordinateur légers dans les pays en développement fabriquent et achètent le Classmate PC. Le Classmate fait également partie d’une approche globale d’apprentissage avec des logiciels optimisés pour les enseignants et les étudiants.

Bruce Sewell a souligné qu’Intel avait fait don de 6 millions de dollars au projet OLPC et que le fondeur est en train de porter ses logiciels sur l’ordinateur portable XO. Une affirmation que Negroponte a nié en disant que Intel n’avait rien fait.

Intel avait un accord avec le conseil d’OLPC pour qu’il puisse continuer à vendre le Classmate tout en continuant à collaborer avec l’organisation, a insisté l’avocat. Mais, selon lui, après les ventes décevantes du XO, la direction de l’OLPC aurait menacé Intel de l’éliminer du projet s’il maintenait son approche compétitive.

Adaptation de l’article Intel denies OLPC accusations de Vnunet.com en date du 17 janvier 2008.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur