Internet : le G8 entre fascination et méfiance

CloudGouvernanceRégulations

Après le premier Forum e-G8 de Paris, les “Grands de ce monde” réunis à Deauville se sont montrés éblouis par le potentiel Internet mais ils affichent leur intention de le façonner.

Dans quelle mesure le Forum e-G8 spécial Internet a inspiré les “pays leaders” (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada et Russie) ?

A l’issue du Sommet G8 de Deauville, il faut piocher dans les communiqués officiels pour en tirer la substantifique moelle.

Nicolas Sarkozy a déclaré que la rencontre avec les grands acteurs d’Internet s’est révélée “extrêmement intéressante”.

Le principe d’un Forum e-G8 par an semble acquis pour alimenter les discussions entre les chefs d’Etat et de gouvernement du G8 et ceux d’Internet.

“Pour résumer d’un mot l’ambiance, les acteurs d’Internet sont parfaitement conscients qu’ils ont des impératifs et des devoirs vis-à-vis de la sécurité, vis-à-vis de la propriété intellectuelle et même vis-à-vis de la fiscalité numérique”, a déclaré Nicolas Sarkozy lors d’une conférence de presse en clôture du sommet G8.

“Nous nous sommes entendus sur plusieurs principes fondamentaux, tels que la liberté, le respect de la vie privée et de la propriété intellectuelle, la gouvernance multi-acteurs, la cyber-sécurité et la protection contre la criminalité.”

Les principes érigés sont consensuels. “Pour les citoyens, l’Internet est un outil unique d’information et d’éducation ; il contribue ainsi à la promotion de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme.”

Mais, au regard des platitudes énoncées, on risque l’indigestion. Genre : “l’Internet facilite de nouvelles formes d’activités économiques et stimule l’efficacité, la compétitivité et la croissance économique.”

On peut comprendre que les “Grands de ce monde” aient d’autres dossiers plus préoccupants à gérer mais ce premier e-G8 risque de ne pas laisser de traces dans l’Histoire.

Dans le chapitre “Internet” de la “Déclaration du G8 de Deauville” intitulée “Un nouvel élan pour la liberté et la démocratie”, de grandes thématiques ressortent comme la liberté d’expression, la protection des données personnelles et de la propriété intellectuelle mais aussi la cyber-sécurité et la gouvernance Internet.

Mais, curieusement, un sujet aussi essentiel que la neutralité Internet est éludé dans le texte final de cette “Déclaration”.

(lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur