Internet des objets : Sierra Wireless met 14 millions pour MobiquiThings

EntrepriseFusions-acquisitionsGestion réseauxLevées de fondsM2MRéseaux
sierra-wireless-mobiquithings
3 14

Sierra Wireless avance ses pions dans l’Internet des objets en prenant, pour 14 millions de dollars, le contrôle du Français MobiquiThings (solutions M2M).

Les technologies M2M de MobiquiThings ont séduit Sierra Wireless.

La firme IT canadienne a débloqué une enveloppe de 14 millions de dollars – à laquelle s’ajoutera un complément de prix basé sur la performance – pour prendre le contrôle de ce MVNO français présent exclusivement sur le marché de l’Internet des objets et de la télématique.

La transaction devrait être finalisée en août. Sierra Wireless aura alors le champ libre pour exploiter l’infrastructure de coeur de réseau mobile déployée par MobiquiThings. Celle-ci est hébergée dans différents data centers Tier IV, c’est-à-dire le plus haut niveau de garantie possible selon la nomenclature officielle (0,8 h d’interruption par an au maximum).

Cette disponibilité est cruciale pour une plate-forme de connectivité sans fil associée à de multiples opérateurs dans le monde, via des liaisons physiques redondées et grâce à un système de middleware intégré.

C’est essentiellement sur ce logiciel embarqué que MobiquiThings s’appuie pour différencier son offre… en proposant des capacités de personnalisation des cartes SIM.

Ces dernières embarquent en l’occurrence un « moteur d’intelligence » adapté à partir de l’analyse des tendances et des contraintes de cas d’usage chez le client. L’un de leurs premiers rôles est d’atténuer le risque de perte des réseaux 2G/3G au cours du cycle de vie du dispositif M2M. Notamment en se connectant dynamiquement au réseau le plus performant selon divers critères techniques.

Un réseau paneuropéen

Outre une résistance (variations de température, humidité, vibrations…) et une endurance aux cycles de lecture-écriture (10 ans de durée de vie annoncée), la MobiquiSIM présente, selon MobiquiThings, l’avantage de réduire les coûts opérationnels à l’international en s’affranchissant des frais d’itinérance.

Une gamme de téléservices y est associée, pour des usages data (adresses IPv4/IPv6 publiques ou privées, attribution statique ou dynamique…), SMS (entrant et sortant), CSD (connexion data utilisant le canal voix) et USSD (messagerie pull/push).

Le scénario typique pour un usage uniquement data est celui d’un parc d’objets connectés au sein duquel la MobiquiSIM va capter évaluer les seuils d’intensité du signal et les éventuelles défaillances sur les réseaux visités, puis basculer lorsque les critères de qualité de service ne sont pas remplis.

Fondé en 2010 par Cyril Hullin (ancien d’Alcatel-Lucent ; aujourd’hui CEO) et Frédéric Maro (directeur général), MobiquiThings se trouve au coeur de la technopole de Sophia-Antipolis, avec des bureaux à Paris, mais aussi en Allemagne, à Stuttgart et Francfort.

Ses services de connectivité managés (développement et administration, bases de données, front-end, sécurité, firmware, Javacard SIM…) visent cinq marchés verticaux : l’énergie, la monétique, le transport, la sécurité et la santé.

Dans ce dernier cas, il s’agit surtout de réduire le nombre et la durée des séjours hospitaliers en améliorant le maintien à domicile des patients. Sur le volet sécurité, on parle surtout surveillance et gestion d’alarmes ; sur les transports, du suivi des flottes et des infrastructures critiques ; sur la monétique, de l’optimisation d’inventaire ou de la publicité numérique ; sur l’énergie, des compteurs intelligents et des services publics.

Revendiquant un portefeuille de 75 clients et « plus de 100 000 abonnés », MobiquiThings envisage un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros cette année et prévoit d’atteindre le seuil de rentabilité… en Ebitda ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement).

Pour Sierra Wireless, c’est l’occasion de monter des passerelles avec les technologies héritées du rachat – en janvier dernier – de Wireless Maingate, une entreprise scandinave positionnée sur le même créneau que MobiquiThings.

Crédit photo : Vladimir Koletic – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur