Internet par satellite : Google investit lourdement pour connecter la planète

Cloud
google-internet-satellite

Le lancement des premiers satellites sur lesquels Google veut s’appuyer pour élargir la couverture Internet dans le monde pourrait coûter 1 à 3 milliards de dollars.

Dans le prolongement de son activité historique de recherche sur le Web, Google s’est donné l’ambitieux objectif d’élargir la couverture Internet dans le monde.

Parmi les initiatives en ce sens au cours des derniers mois figure le déploiement d’une flotte de satellites en basse orbite dans les régions du globe dépourvues d’infrastructures réseau fixes. Le projet pourrait bientôt entrer dans sa phase opérationnelle, avec un investissement initial de plus d’un milliard d’euros.

Selon les témoignages des sources “proches du dossier” qui se sont confiées au Wall Street Journal, Google envisage une mise en place progressive, afin d’éviter les écueils technologiques et financiers qui ont compromis les tentatives déjà effectuées par certaines sociétés télécoms.

Il serait question de débloquer, dans un premier temps, une enveloppe de 600 millions de dollars pour lancer 180 satellites. Les travaux seraient menés par une équipe de 10 à 20 personnes montée en interne autour de Greg Wyler, fondateur d’O3b Networks, un opérateur de satellites dont Google est l’un des principaux actionnaires. Le groupe Internet aurait également recruté des ingénieurs chez le constructeur Space Systems/Loral, basé dans la Silicon Valley.

En fonction des éventuels obstacles rencontrés dans la mise en place du réseau et son dimensionnement, les investissements pourraient rapidement dépasser les 3 milliards de dollars. Cette initiative coexistera, en outre, avec le projet Loon, dispositif visant à diffuser Internet par un réseau de ballons volants. Une option moins coûteuse et plus rapide à lancer que les satellites, bien que le rendement unitaire soit incomparable.

Autre option : les drones, confirmée en avril avec l’acquisition de Titan Aerospace, un fabricant d’appareils volants solaires dont le profil rappelle un avion aux allures de planeur doté d’une hélice à l’avant. Ces derniers pourraient offrir une meilleur qualité de service dans les foyers de population, les satellites étant privilégiés pour élargir la couverture dans les zones moins denses où la bande passante est moins cruciale.

Google, dont le modèle économique est encore essentiellement basé sur la publicité, cherche là à recruter de nouveaux utilisateurs… qui se comptent en milliards : selon le CEO Larry Page, les deux tiers de la population sur Terre n’ont pas encore accès à Internet. Certains experts estiment que les dépenses totales pourraient s’élever à plus de 20 milliards de dollars. Il faudra également s’aligner sur les réglementations en vigueur dans chacun des pays où le service sera déployé, notamment sur le volet des fréquences réseau, afin d’éviter les interférences avec les autres opérateurs.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : géants du Web, qui a racheté quoi ?

Crédit photo : vichie81 – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur