Internet par satellite : OneWeb remporte l’adhésion de SoftBank

EntrepriseLevées de fondsOpérateursRéseaux
oneweb-service-acces-internet

Le groupe Internet-télécoms japonais SofBank investit un milliard de dollars dans OneWeb qui compte propager le Net sur la planète via une myriade de satellites.

OneWeb vient de trouver un nouvel investisseur puissant pour l’accompagner dans le déploiement d’une constellation de petits satellites pour favoriser l’accès Internet dans le monde : SoftBank.

Le groupe Internet-télécoms japonais de Masayoshi Son vient d’injecter un milliard de dollars dans ce projet ambitieux mené sous la houlette de Greg Wyler. Le président fondateur de OneWeb estime disposer d’une marge de manœuvre suffisante pour le concrétiser.

Les fonds collectés via SoftBank serviront à construire une usine à Cap Canaveral en Floride qui servira à concevoir les satellites. Ce pan du projet est assuré par une co-entreprise montée avec Airbus Defense and Space.

En juin, la filiale du groupe aéronautique spécialisée dans l’industrie spatiale a été sélectionnée pour produire les 900 satellites de basse orbite qui seront déployés à terme. Le nouveau CEO de OneWeb vient de ses rangs : Eric Beranger.

Les premiers prototypes de satellite devraient être livrés d’ici la fin 2017. Côté Arianespace (services de lancement de satellites), des créneaux de lancement sont fixés entre 2018 et 2019, selon Les Echos.

D’ici 2027, OneWeb estime que sa constellation de satellites censée couvrir le globe sera opérationnel en 2027.

Au-delà du milliard de dollars injectés par Softbank, d’autres actionnaires du pool ont accepté de remettre la main au pot : Qualcomm, Salinas, Airbus, Bharti, Coca-Cola, Hughes, Intelsat, MDA (MacDonald Dettwiler and Associates), et Virgin.

Des sous-traitants équipementiers pour satellite (antennes, trackers, répétiteurs) avaient déjà été sélectionnés en juin : outre le canadien MDA, on trouve le français Sodern et le britannique Teledyne Defense.

Oneweb n’est le seul projet de couverture Internet par satellite. A travers sa société SpaceX, Elon Musk est aussi sur les rangs.

En novembre, il a déposé une demande d’autorisation pour la mise en orbite d’une flotte de 4425 satellites devant la Commission fédérale des communications (FCC) des Etats-Unis. Un projet mené en collaboration avec Google qui contribue à hauteur d’un milliard de dollars dans ce sens.

Sans compter sur le programme Internet.org de Mark Zuckerberg qui est prêt à déployer des drones Aquila pour couvrir les zones dépourvues d’accès.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur