Interview Olivier Ezratty – Guide start-up : “Le Small Business Act, une chimère !”

EntrepriseManagementNominationsStart-up
Olivier Ezratty

Consultant en stratégies de l’innovation et blogueur, Olivier Ezratty vient de publier une nouvelle édition de son guide des start-up. Il partage son analyse de l’écosystème en perpétuelle évolution.

Consultant en stratégies de l’innovation et blogueur, Olivier Ezratty vient de publier une nouvelle édition de son guide des start-up. Dans cette entretien, il partage son analyse sur un milieu, en perpétuelle évolution

ITespresso.fr : Comment expliquez-vous le succès de votre guide chaque année ? L’univers des start-up est-il encore trop complexe ?
Olivier Ezratty : il s’explique par la volonté d’entreprendre – qui continue de grandir en Franc e- mais aussi parce que les entrepreneurs ont compris qu’ils doivent être bien outillés pour se lancer. Cette édition est la 18ème et le nombre de téléchargements a plus que doublé par rapport à 2013. Il faut rappeler que le rapport qualité prix du Guide des Startups est imbattable : 320 pages, régulièrement mis à jour, très complet et … gratuit !

Sinon, l’écosystème est de plus en plus dense avec une multiplication de structures d’accompagnement et de financement privées. L’entrepreneur a de plus en plus de choix pour ne pas partir seul et c’est vrai dans toutes les régions.

ITespresso.fr : L’écosystème français reste très dynamique mais peu d’entreprises parviennent à s’imposer à l’échelle internationale. Faut-il un Small Business Act à la française ?
Olivier Ezratty : Nous avons tout de même de belles réussites comme Criteo, Withings, Parrot, Deezer, Talend ou encore Sigfox. Mais nos principaux handicaps sont la fragmentation du marché européen et une lenteur à s’internationaliser. C’est dû souvent à un manque de moyens et d’ambition, les deux étant reliés. Nous faisons tout de même des progrès avec des tours de table de financement qui atteignent les 30 millions d’euros souvent avec le concours de Bpifrance.

Le Small Business Act est une chimère ! Le succès des start-up américaines n’a rien à voir avec le SBA et notamment la commande publique fédérale qui n’est d’ailleurs qu’une des nombreuses composante du SBA. Le SBA sert surtout aux PME traditionnelles.

Le gouvernement doit mener plusieurs combats de front : simplifier la vie des entreprises, mieux organiser l’enseignement supérieur pour rapprocher les disciplines complémentaires et revaloriser les métiers techniques (ingénieurs, développeurs), business ainsi que le design, aider les entreprises à exporter, et aussi devenir exemplaire dans ses usages du numérique.

ITespresso.fr – Criteo a réalisé un parcours sans fautes ces dernières années. A votre avis, quelles start-up françaises s’imposeront dans les prochaines années ?

Olivier Ezratty : Aucune idée ! Le succès de Criteo était imprévisible après leur pivot vers le reciblage publicitaire vers 2008. On peut toujours évoquer le big data, les objets connectés, le cloud, l’impression 3D, la robotique ou la e-santé. Mais les tendances porteuses de demain seront peut-être très différentes.

Les gagnants de demain auront cependant des caractéristiques communes : une vision internationale dès le début, une approche plateforme et un écosystème de partenaires, une belle équipe, un peu de technologie tout de même car rares sont nos innovations de services qui deviennent des succès internationaux, un bon time to market et une forte différentiation. Et aussi un peu de chance !

Découvrez les opinions libres d’Olivier Ezratty ainsi que son guide 2014 des Start-Up sur son blog http://www.oezratty.net


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur