iPhone : des débuts prometteurs

Mobilité

Les premières estimations, qui font état de plus de 500 000 unités vendues en
deux jours, dépassent les attentes des analystes.

Selon les analystes, Apple aurait écoulé plus de 500 000 iPhones dans les deux jours ayant suivi sa mise en vente. A en croire un rapport de l’institut d’études financières Piper Jaffray, plus d’un demi million d’iPhones ont été vendus dans les boutiques Apple et AT&T dès les deux premiers jours de sa sortie.

Ces chiffres dépassent largement les attentes de Piper Jaffray qui avait misé sur une vente de 200 000 unités en deux jours. “Apple est parvenu à répondre à une forte demande tout au long du week-end grâce à un approvisionnement efficace,” indiquent les analystes Gene Munster et Michael Olson.

“Nous avons été surpris par la vitesse à laquelle Apple est parvenu à vendre ses téléphones, avec 50 employés passant en caisse jusqu’à 1000 iPhones par heure dans certains magasins.”

D’autres analystes avaient partagé des prévisions similaires pour les débuts de l’iPhone. Le Los Angeles Times a cité l’analyste Trip Chowdhry de l’institut Global Equities Research qui avait estimé les ventes d’iPhones à environ 525 000 unités. Cet analyste était injoignable au moment de la publication du présent article.

Piper Jaffray a également réalisé une étude préliminaire portant sur le profil des acheteurs du téléphone. Sur un panel de 253 consommateurs, l’étude a révélé que le modèle 8 Go à 599 dollars demeurait de loin le modèle de prédilection et représentait à lui seul 95 % des achats. Les trois quarts des personnes interrogées étaient des utilisateurs de Mac et plus de la moitié des nouveaux clients de AT&T, l’opérateur choisi par Apple pour distribuer l’iPhone.

Les analystes estiment que la fidélité à la marque des utilisateurs d’iPod et de Mac pouvait constituer pour Apple un avantage décisif sur les autres fournisseurs d’appareils mobiles.

Selon l’étude, l’ancien partenaire d’Apple Motorola en paie les frais : 35 % des personnes interrogées renoncent à leur appareil Motorola au profit de l’iPhone. Nokia et Treo suivent de près, pour 13 % des personnes interrogées. Seules 6 % des personnes interrogées ont renoncé à un Blackberry en faveur de l’iPhone.

L’étude suggère par ailleurs que le fait de présenter l’iPhone comme un appareil de convergence n’a vraisemblablement pas pesé parmi les arguments de vente. 68 % des personnes interrogées affirment ainsi vouloir continuer à utiliser leur iPod en plus de l’iPhone.

Apple n’a formulé aucun commentaire sur ces rapports. Le fabricant s’est également refusé à tout commentaire public concernant le nombre d’iPhones vendus ou la quantité de stocks accumulée avant le lancement du produit vendredi dernier.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 2 juillet 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur