IPv6 : l’Internet du futur, ça se prépare maintenant

Marketing

La migration vers IPv6 est inéluctable pour répondre aux besoins de croissance du Net. Ce protocole réseau de nouvelle génération va supplanter à terme IPv4, victime d’une pénurie d’adresses IP dans le monde.

Comment préparer le terrain pour la migration IPv6 ? C’est maintenant qu’il faut y penser voire agir.

La “Journée de l’IPv6” (IPv6 Day, organisée le 8 juin), soutenue par des poids lourds de l’Internet comme Google, Yahoo ou Facebook, a permis de sensibiliser la planète IT sur ce sujet crucial.

Il est temps que chaque acteur de la chaîne (opérateurs, hébergeurs, éditeurs de services, développeurs, entreprises et particuliers) prennent conscience des enjeux liés au protocole réseau IPv6 pour “l’Internet du futur”.

Car on observe une pénurie d’adresses IP sous l’IPv4 actuel, entraînant un ralentissement de l’innovation, l’impossibilité de connecter de nouveaux serveurs ou d’accueillir de nouveaux utilisateurs/abonnés.

Officiellement, le stock est épuisé depuis février au niveau de l’Internet Assigned Numbers Authority (IANA), le gestionnaire de l’espace d’adressage IP (sous la houlette du chef d’orchestre ICANN).

En revanche, les registres régionaux (RIR) vont devoir gérer cette ressource IPv4 qui devient rare.

On trouve encore quelques poches en réserve mais la transition vers l’IPv6 est inéluctable.

Celle-ci permettra de disposer d’un volume illimité d’adresses IP : 340 sextillions d’adresses (soit 340 que multiplie 10 à la puissance 36).

De quoi assouvir nos besoins en adressage IP.

Mais la route est longue : selon une étude de l’OCDE publiée en avril 2010, seulement 1% des sites Web dans le monde avait appréhendé l’IPv6.

Consultez ci-dessous la liste des articles 2011-2010 sur ce thème (les plus récents remontent en haut du classement).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur