Jérôme de Labriffe (IAB): “Le mobile contribue à la nouvelle dynamique e-pub”

CloudMarketingMobilitéPublicitéSmartphones

Jérôme de Labriffe, le président de la branche française de l’Interactive Advertising Bureau, revient sur l’actu de la publicité en ligne : Baromètre sur les investissements publicitaires online, pub sur mobile, évolution de la règlementation du secteur…

Le 23 juillet, l’Interactive Advertising Bureau France et le Syndicat des Régies Internet ont présenté le Baromètre des investissements publicitaires bruts online, réalisée par Kantar media, pour le 1er semestre 2010.

Les paramètres de cet indicateur semestriel sur l’état de la publicité sur le marché français ont été modifiés de manière à prendre en compte le CPM (Coût pour mille impression) et le Coût par Clic (CPC).

L’objectif de ce changement de méthodologie est de favoriser la “transparence” et de disposer de “déclaratifs le plus près possible de la réalité du marché”, assure Jérôme de Labriffe, Président de l’IAB France.

Dans une interview accordée à ITespresso.fr, le représentant du club des annonceurs en ligne revient sur l’état du marché de l’e-pub, la percée de la mobilité et le cadre règlementaire qui bouge. (Interview réalisée le 27/07/10)

ITespresso.fr : Comment évolue le marché de la publicité en ligne en France ?

Jérôme de Labriffe : Le marché reprend de la vigueur selon le Baromètre IAB-SRI sur les investissements publicitaires bruts online. Si l’on visualise la forme de la courbe des investissements de 2010, elle ressemble à celle de 2008. Mais seulement dans la forme et pas dans le volume. Car on ne peut pas comparer les niveaux en raison du changement de méthodologie du Baromètre survenu pour l’édition du premier semestre.

ITespresso.fr : Considérez-vous que la publicité en ligne a surmonté la crise ?
Jérôme de Labriffe : Pas complètement. Au regard du contexte macro-économique actuel, cela prendra du temps mais nous allons revenir vers une croissance forte. On perçoit déjà un retour progressif des investissements. Il est intéressant de noter que le nombre d’annonceurs est reparti à la hausse au cours du premier semestre 2010 après une baisse observée dans le deuxième semestre 2009. On peut s’attendre dans un second temps à une augmentation des investissements. C’est une question de cycle. En l’état actuel, les nouveaux annonceurs sous-investissent par rapport aux annonceurs traditionnels. Ils prennent leur marque sur le Web en attendant de s’y impliquer davantage. Il faut admettre que nous avions une crainte en 2009 : que les annonceurs restent collés aux supports pub traditionnels comme la télé et la radio. Finalement, en 2010, on ressent  une nouvelle dynamique et nous captons une nouvelle activité. Et le mobile va y contribuer.

ITespresso.fr : Comment se comportent les annonceurs dans le mixte de publicité en ligne search (liens sponsorisés) – display (bannières) ?
Jérôme de Labriffe : Le search est toujours majoritaire sur les investissements publicitaires. Mais on voit que la publicité vidéo va se repositionner le display. Le positionnement des marques sera également intéressant avec des nouveaux formats ou modes de communication. A travers le serious gaming par exemple. Ce segment se développe beaucoup en Asie et arrive doucement en Europe.

ITespresso.fr : Le niveau du CPM (coût pour mille impressions) est tombé à un niveau très bas. Sera-t-il écrasé par le CPC (Coût Par Clic) ?
Jérôme de Labriffe : C’est le CPM ultra-quantitatif qui souffre et cette forme va s’étioler. On aura une revalorisation du CPM par une offre beaucoup plus qualitative. C’est une question-clé pour les médias. Charge à eux de trouver de nouveaux modèles. On y arrive.

(lire la suite de l’interview en page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur