Jeux en ligne : la levée de fonds “banco” de Mediastay

Cloud

La société française, spécialisée dans les jeux en ligne (Kingoloto, Bananalotto, Grattage.com) lève 15 millions d’euros pour se développer en Europe et aux Etats-Unis.

Mediastay, le spécialiste des jeux gratuits en ligne, vient de lever 15 millions d’euros, réalisée auprès deux fonds d’investissement : Iris Capital et IDinvest Partners (ex-AGF Private Equity).

Ils rejoignent HighCo et Turenne Capital déjà présents dans le capital.

La société française surfe sur la vague des jeux disponibles via les réseaux sociaux (Facebook en premier lieu).

Elle assure qu’elle a obtenu en premier l’accréditation pour fournir des solutions publicitaires aux éditeurs d’applications sur la plate-forme communautaire.

Cet approt significatif d’argent devrait permettre de poursuivre le déploiement des activités de Mediastay en Europe et aux Etats-Unis.

Depuis sa création en 2000, Mediastay fédère désormais une douzaine de galaxies ludiques comme Kingoloto, Bananalotto, DiamondsQuest.com, Yacado.com ou Grattage.com (7 millions de visiteurs uniques par mois, source Nielsen). 400 000 joueurs au quotidien viennent sur l’une de ses plates-formes de jeux.

En juin 2008, Mediastay avait effectué une percée aux Etats-Unis en acquérant Luckysurf.

La société disposerait d’une base de données de 25 millions d’internautes situés dans 14 pays et affiche un réseau de 200 partenaires e-mailing.

Elle propose des activités de brokers de bases de données (location d’adresses e-mail pour compte d’annonceurs tiers).

Plus globalement, ces prestations comportent la génération de ventes et leads qualifiés via différents canaux, la monétisation et la gestion de bases de données (ciblage et qualification).

Mi-2010, Mediastay a lancé une plate-forme de paiement sponsorisée (Offermatch), qui “permet à un internaute de se faire sponsoriser l’achat d’un bien ou d’un service par un annonceur”.

En 2010, Mediastay assure avoir réalisé un chiffre d’affaires de 17 millions d’euros. Son équipe (60 collaborateurs) est éparpillé entre Paris, Bruxelles et San Francisco.

Sur son chemin, elle croise son concurrent bordelais ConcoursMania, qui a acquis en début d’année le site Web Jeux.com et qui évolue également dans le segment du “casual gaming”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur