Jeux olympiques de Rio : une vitrine French Tech avec Le Tremplin

EntrepriseStart-up
start-up-jeux-olympiques
3 97

Quatre start-up du Tremplin (incubateur parisien dédié à l’innovation dans les métiers du sport) s’exposeront au Club France dans le cadre des JO de Rio.

Le rideau refermé sur l’UEFA EURO 2016, Le Tremplin voit venir les Jeux olympiques et paralympiques de Rio*.

L’incubateur parisien dédié à l’innovation dans les métiers du sport emportera, dans ses valises, quatre start-up qui auront l’occasion de présenter leurs solutions au sein du Club France, sur le stand de la Ville de Paris.

Dans l’ordre alphabétique, c’est Arioneo qui emmène la troupe.

Sous la bannière « Horse Data Science », la jeune pousse fondée en 2014 à Mont-près-Chambord (Loir-et-Cher) développe des objets connectés associés à une plate-forme d’analyse de données pour le monde équin.

Des technologies appliquées au suivi de la performance et de la santé des chevaux athlètes, notamment avec le boîtier EQUIMETRE, dont la commercialisation devrait démarrer à l’horizon 2017.

Issu de l’incubateur Essec Ventures, Arioneo participe, avec une vingtaine d’autres jeunes pousses, à la deuxième saison du Tremplin, dans l’enceinte du stade Jean Bouin (Paris 16e).

Disposant, dans le 18e arrondissement de la capitale, d’une antenne où sont basés ses développeurs, la société a récemment bouclé une levée de fonds d’un montant de 1,1 million d’euros auprès du réseau Paris Business Angels et d’Angel Source, fonds commun de placement monté par Bpifrance en partenariat avec France Angels.

Au cœur de l’action

Autre start-up membre de la deuxième promotion du Tremplin : Vogo.

Montpellier – sa ville d’origine – a été, en avril 2014 lors des championnats d’Europe de judo, le premier théâtre d’expérimentation de son application mobile destinée à enrichir l’expérience des spectateurs, essentiellement lors de compétitions sportives.

Le principe : l’utilisateur peut accéder en temps réel aux prises de vue des différentes caméras filmant l’événement, revenir éventuellement en arrière, zoomer et visualiser une séquence au ralenti.

Pratique pour suivre des épreuves sur lesquelles il est impossible d’avoir une vue d’ensemble. Par exemple en athlétisme. La dernière expérimentation en la matière remonte au 18 juillet 2016, lors du meeting de Sotteville-lès-Rouen.

Auteur, l’année passée, d’un tour de table de 4 millions d’euros emmené par le fonds de capital-investissement Soridec (Languedoc-Roussillon), Vogo était également présent le week-end des 2 et 3 juillet sur les tribunes VIP du grand prix de Formule E à Londres ; et dans le même temps, à l’open de France de natation, à Vichy.

Se prendre au jeu

Sport Heroes sera aussi du voyage, destination Rio.

Parallèlement à l’annonce, le mois dernier, d’une levée de fonds de 2 millions d’euros avec A Plus Finance, des business angels et Bpifrance, la start-up, anciennement baptisée Running Heroes, a changé de dénomination sociale pour refléter la diversification de ses activités.

Aujourd’hui installée entre Paris, Londres et Sydney, elle s’est effectivement divisée en plusieurs branches, dont l’agence We Are Heroes (qui accompagne les marques dans l’animation de communautés de fans) et United Heroes (qui vise les entreprises avec une offre de « team building digital »).

Le cœur d’activité reste les « plates-formes de motivation » ; ou comment se servir de la gamification pour inciter à la pratique sportive.

Sport Heroes s’est rapproché d’applications de type Strava ou Runtastic, ainsi que de fabricants de montres GPS pour permettre à leurs utilisateurs de gagner des points à dépenser chez des marques partenaires. D’abord appliqué à la course à pied, le concept s’est élargi au cyclisme et au ski.

YPPA complète la bande des quatre.

Fondée en mai 2016, la start-up est également positionné sur l’expérience connectée au stade par le biais du mobile, avec une plate-forme d’animations qui permet aux organisateurs de diffuser des show lumineux.

Chaque écran de téléphone fait office de pixel pour mettre en place des fresques, des tifos, des olas… Une solution qui fonctionne aussi lors d’événements cultures, avec la possibilité de diffuser des logos et des marques d’annonceurs.

* Du 5 au 21 août pour les Jeux olympiques. Du 7 au 18 septembre pour les paralympiques.

Crédit photo : Richard – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur