JO de Pékin : le réseau WiMax se révèle décevant

Mobilité

A en croire les analystes, le réseau WiMax déployé à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin ne tient pas ses promesses.

Selon les analystes, le déploiement WiMax tant vanté à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin “ne tient pas ses promesses et n’atteint pas les performances attendues”. China Mobile, le principal opérateur de téléphonie mobile en Chine, a été désigné pour fournir un réseau WiMax à l’occasion des jeux, explique le cabinet d’analyse IMS Research.

Mais le délai de 15 mois accordé à China Mobile pour déployer un réseau constitué de 150 stations de base rien qu’à Pékin était, à en croire les analystes d’IMS, un “objectif ambitieux”. L’opérateur n’a sans doute pas pu l’atteindre. Le réseau était censé couvrir le village olympique ainsi que les zones environnantes.

Le WiMax sera essentiellement utilisé lors des épreuves de voile qui se dérouleront à proximité de la ville côtière de Qingdao, selon le PDG d’Intel Paul Otellini.

Avant de passer subitement au WiMax, le gouvernement chinois espérait apparemment utiliser les Jeux pour montrer au monde entier sa technologie locale de réseau sans fil étendu, appelée Multicarrier Wireless Internet Local Loop (McWill). La norme basée sur la technologie SCDMA utilise la bande de fréquences 400 Mhz. La société locale China Netcom travaillait apparemment sur le réseau McWill en prévision des Jeux Olympiques.

La Chine a également fait le nécessaire pour déployer sa norme de téléphonie mobile 3G, appelée TD-SCDMA, à temps pour les JO. Bien que le réseau est opérationnel dans les grandes villes du pays, certains utilisateurs se sont plaints de difficultés techniques. Le gouvernement chinois a retardé l’introduction de normes 3G étrangères tandis que les sociétés locales travaillent sur la spécification TD-SCDMA.

Traduction de l’article Olympic WiMax likely to disappoint de Vnunet.com en date du 11 août 2008.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur