Jouets : le premier Noël de PicWic à l’ère du commerce digital

Business intelligenceCloudData-stockageE-commerceMarketing
picwic-commerce-digital-sap

En collaboration avec SAP, PicWic (enseigne de vente de jouets de la famille Mulliez) accélère sur la transformation numérique avec un démarrage du commerce multi-canal.

Presque quarante ans après la création de l’enseigne de ventes de jouets, PicWik se met à l’ère du commerce digital.

Il est temps de s’y mettre pour cette marque fondée par la famille Mulliez (fondatrice du réseau de grande distribution Auchan), qui dispose d’un réseau de 24 magasins essentiellement basés au nord de la Loire (15 000 références jeux & jouets, avec un goût prononcé pour les loisirs créatifs) et qui emploie entre 450 et 500 personnes en fonction des saisons. Mais, en période de pics comme Noël, on peut arriver à un effectif de 900 personnes mobilisées.

Au regard de la rude concurrence multi-produits qui sévit sur le Net avec le géant Amazon qui apparaît comme la plus grande menace, il est temps de réagir. Le segment de la vente de jouets en est affecté avec des centaines de fermetures de magasins physiques identifiés chez des concurrents comme Ludendo, La Grande Récré ou JouéClub dans une moindre mesure.

Les premiers pas de PicWic.com dans l’e-commerce entre dans un projet stratégique plus large de transformation digitale. Fin novembre, Pierre-Etienne Semelyn, membre du Comex de PicWic en charge de la direction informatique (8 personnes), était venu témoigner dans le cadre d’une table ronde organisée par SAP.

Jusqu’ici, le site Web était perçu comme un canal de vitrine pour présenter l’enseigne et de relation. Pour Nöel 2016, le site Web est devenu un site de commerce électronique avec des options de « click and collect » (réservez le produit sur Internet et récupérez-le en magasin).

L’enseigne considère qu’à travers le digital, il faut renforcer la relation client mais aussi renforcer l’attractivité des magasins. Le site Web a été réalisé par Altima et il est hébergé chez Odiso, deux prestataires installés à Roubaix.

PicWic a adopté les outils de CRM et de gestion de la fidélité de Cylande, sachant que la base du programme de fidélisation de l’enseigne intègre les données de 800 000 clients.

A l’instar d’autres enseignes comme Darty, PicWic cherche à moderniser la connectivité en magasin en déployant la fibre avec des relais Wi-Fi.

Sur la fin de l’année, des tests de smartphones Android endurcis avec des fonctions de lecteurs laser sont réalisés sur deux magasins, précise Pierre-Etienne Semelyn. Les conseillers de vente peuvent disposer d’applications ERP et de BI et consulter les fiches produits des articles de jouets.

« Est-ce le bon outil ? On regarde avec d’autres enseignes proches de nous », admet Pierre-Etienne Semelyn. Sous-entendu : il suit des expériences issues d’autres enseignes en orbite autour de la planète Mulliez (Kiabi, Décathlon…).

Le membre du Comex de PicWic regarde aussi avec attention les enjeux liés à l’encaissement en situation de mobilité par les conseillers en magasin.

Grosse contribution de SAP en coulisse

« La DSI est au cœur de tous les enjeux », estime Pierre-Etienne Semelyn. « Le pôle technique se rapproche des pôles métiers. »

PicWic est un client (fidèle) de SAP depuis l’année 2000. Logiquement, l’enseigne marchande travaille avec l’éditeur sur les dimensions ERP et BI avec l’éditeur. Le recours à la plateforme HANA est devenu incontournable pour le décisionnel (SAP  Business Warehouse 7.4).

Le processus d’adoption avait été enclenché il y a deux ans. Pour la partie ERP, il faudra aussi changer de génération d’outil (oubliez la version R/3 4.6c qui ne bénéficie plus de support de maintenance logicielle et passez sur ECC6). Une période de transition de six mois est prévue dans ce sens (a priori jusqu’à mi-2017).

L’hébergement de l’infrastructure est assuré chez Oxya sur des serveurs dédiés, ainsi que la Tierce Maintenance Applicative (TMA).

Partenaires intégrateurs de SAP, Delaware Consulting pour la partie BI et Viveris pour la partie ERP sont mis à contribution.

La plateforme Fiori de SAP a également été adoptée pour faciliter l’expérience utilisateur des applications installées sur des smartphones exploités dans le cadre de la gestion d’un magasin. Mais aussi Lumira présenté comme « l’outil BI self-service » de l’éditeur pour disposer « d’une vraie simplicité d’usage » sur les terminaux.

L’enseigne ne fournit pas d’éléments sur les investissements consentis sur la transformation numérique. Néanmoins, avec le commerce digital, PicWic espère parvenir « au niveau du chiffre d’affaires d’un gros magasin à terme ».

Transformation digitale : SAP diversifie son offre pour accompagner les PME
Selon l’étude Leaders 2020 menée par Oxford Economics et parrainée par SAP, près d’1 entreprise sur 2 saisit les opportunités de l’économie numérique en Allemagne contre seulement 1 sur 7 en France et 1 sur 100 au Royaume-Uni (enquête menée auprès de plus de 4100 dirigeants et salariés dans 21 pays).

Elle vise à identifier « les caractéristiques des organisations qui réussissent aujourd’hui dans l’économie numérique » et à « s’inspirer à travers des best practices » dans plusieurs pays (dont l’Allemagne, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni).

SAP affiche sa volonté d’accompagner les PME dans le « virage de la transformation digitale ». Sachant que 80% des nouveaux clients de l’éditeur figurent dans cette catégorie d’entreprise (assez large en fonction des éditeurs et des tissus économiques par pays).

Christophe Ceze, responsable du segment PME chez SAP France, rappelle qu’une PME dans la vision SAP est une structure disposant d’effectifs de moins de 2500 salariés et réalisant un chiffre d’affaires de moins d’un milliard d’euros.

Il souligne la nécessité pour l’éditeur de renouveler sa gamme d’offres pour s’adresser aux DSI mais aussi aux fonctions métiers. « La Part ERP est passée de 80% à 40% dans le CA de SAP », évoque Christophe Ceze.

D’où la diversification des solutions SAP entamées avec le rachat de solutions comme Multiposting (multi-diffusion d’offres d’emplois), Concur (gestion des dépenses pour les voyages d’affaires) ou Hybris (commerce multi-canal)

 

Crédit photo: NetmediaEurope : de gauche à droite : Cathy Daum (responsable PME pour la zone EMEA) , Pierre-Etienne Semelyn (membre du Comex de PicWic) et Christophe Ceze (responsable segment PME pour SAP France)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur