Kazaa désormais illégal en Australie

Mobilité

La justice australienne ordonne à Sharman Networks d’intégrer un système antipiratage dans son réseau peer-to-peer.

Le réseau peer-to-peer Kazaa est désormais illégal en Australie, jusqu’à nouvel ordre. Une cour de justice australienne a estimé que Sharman Networks, l’éditeur de Kazaa, encourageait des millions d’internautes à enfreindre les lois sur le copyright. Elle a interdit par conséquent le réseau peer-to-peer sur son territoire, tant que celui-ci n’intègrera pas un système de protection contre le téléchargement illégal.

Le juge chargé du dossier reproche notamment à Sharman Networks de ne pas utiliser, en toute connaissance de cause, les technologies antipiratage du marché, tels les filtres par mots clés. Il condamne également la stratégie de communication de la société australienne qui consiste à pousser les jeunes à s’opposer aux majors, avec des slogans du type “Rejoignez la révolution” (“Join the revolution”).

Des dommages et intérêts en perspective

Les représentants locaux de l’industrie musicale se félicitent de l’issue de ce procès qu’ils ont lancé en novembre 2004, neuf mois après avoir obtenu de la police austrialienne qu’elle enquête sur les activités de Sharman Networks et perquisitionne ses locaux (voir édition du 9 février 2004). Attribuant à l’éditeur de Kazaa leurs pertes de revenus de plusieurs millions de dollars, les majors du disque vont maintenant se battre pour obtenir des dommages et intérêts.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur