L’INA va partager une partie de ses contenus avec YouTube

Marketing

L’Institut national de l’Audiovisuel s’associe à YouTube pour commercialiser une partie de ses archives vidéos et capter une audience internationale.

(update 26/03/12 à 18:08) L’Institut National de l’Audiovisuel (INA) a annoncé aujourd’hui la signature d’un accord avec YouTube.

L’établissement public, qui sert de mémoire de la télévision française, va héberger et monétiser 57 000 de ses vidéos sur la plate-forme de streaming de Google.

Cela reste peu comparé au catalogue disponible disponible via Ina.fr (30 000 heures d’images et de sons).

Cette monétisation prendra la forme d’un partage des revenus publicitaires générés par ces contenus.

L’adresse de la chaîne de l’INA sur YouTube n’est pas encore arrêtée.

L’INA se définit comme “la première source d’images numérisées au monde“, et a pour mission d’archiver et de partager toutes les productions télévisuelles et radiophoniques françaises.

Les contenus partagés sur YouTube “représentent près de 60 ans de programmes télévisés aussi bien sportifs (Tour de France, etc.) artistiques (Interview de Dali, ouverture du Festival de Cannes en 1947, etc.) ou encore de société (JT de mai 1968, etc.)” assure l’INA par communiqué.

YouTube, de son côté, est le plus gros site de partage de vidéo au monde et dispose de 800 millions de visiteurs uniques chaque mois.

Dès 2010, le concurrent Dailymotion avait été choisi par l’INA dès 2010 pour tester la distribution plus large de ses contenus.

Aujourd’hui, ce sont justement presque 57 000 vidéos qui sont partagées par l’INA sur la plate-forme de streaming française.

Mais YouTube est aussi un bon moyen d’atteindre les internautes hors de France :

En tant qu’entreprise de service public, nous avons vocation à diffuser nos images en ligne le plus largement possible, non seulement sur Ina.fr, mais aussi sur les sites de nos nombreux partenaires“, explique Mathieu Gallet, P-DG de l’INA.

Cet accord avec YouTube s’inscrit pleinement dans notre stratégie de conquête de nouveaux publics– notamment à l’international – tout en gardant la pleine maîtrise de notre politique éditoriale.”

Toujours étant, le site de l’INA continue de proposer beaucoup plus de contenus. En particulier avec son offre VoD payante.

Update : cette alliance met un terme à la procédure opposant l’INA à Google. En décembre 2010, le groupe Internet avait perdu en première instance un procès pour diffusion illégale de contenus sur plainte de l’établissement public.

Logo : © Scanrail – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur